Les militants de l’UPC ne digèrent pas la « trahison » des 13

23

La démission des  13 députés du groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) fait toujours des gorges chaudes au sein du parti d’Opposition. Après la déclaration du porte- parole du parti, la conférence de presse du président du parti, c’est au tour des militants « qui ont saigné, souffert, dépensé et battu campagne » d’apprécier l’acte posé. Ils ont tenu une conférence de presse à cet effet le mardi 10 octobre 2017 à Ouagadougou.

Dans leur déclaration lue par Jean-Leonard Bouda, les militants ne sont pas passés par quatre chemins pour affirmer que les 13 démissionnaires ont trahi leur parti. « 13 de nos députés nous ont trahis. Que dis-je, ils ont trahi le peuple. Ils ont vendu le suffrage du peuple électeur, pour leurs intérêts égoïstes et purement alimentaires. Et cela, nous ne saurons le tolérer », a lancé Jean-Leonard Bouda.

Selon les militants, le député tient son mandat du peuple par rapport à une position défendue par sa famille politique. Dès lors qu’il a trahi cet esprit, il aura alors renié son mandat et devra en supporter les conséquences. Et disent-ils, « nous ne voulons plus de négociation. C’est terminé ! ».   

Mais au-delà des militants de l’UPC, Jean-Leonard Bouda estime que « c’est une injustice faite à la démocratie et à l’ensemble des citoyens. Si ces députés ont été capables de vendre le suffrage du peuple, poursuit-il, sachons qu’ils sont capables un jour de vendre le Burkina Faso aux terroristes. Disons-le tout net : Notre pays n’est pas en sécurité avec des députés corrompus, versatiles et chauves-souris ».

Pour « récupérer [leurs] mandats », les militants ont fait part d’une stratégie. Une demande pour une « marche pacifique à l’Assemblée nationale le jeudi 12 octobre 2017 » a été faite. Le même jour, des remises de lettre des militants aux Hauts commissariats des provinces suivantes Tapoa, Comoé, Poni, Kénédougou, Gnagna, Tuy, Léraba, Komondjari, Kossi, Boulgou, Kompienga sont programmées.

Par ailleurs, les militants prévoient « des visites inopinées aux députés traîtres ». Celles-ci, selon Jean-Leonard Bouda « vont s’intensifier afin de leur dire pacifiquement [leur] détermination à récupérer [leur] mandats ». Aussi prévient-il, « d’autres actions attendent au frigo ».

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24


Photo : Première assemblée générale ordinaire des militants UPC du Kadiogo le samedi 13 février 2016 – © Burkina 24

Burkina24.com