Les lauréats de la 1re édition du concours African City Challenge

166

Ceci est un communiqué sur les lauréats de la première édition de l’African City Challenge.

La 1ère édition de l’African City Challenge s’est achevée le 31 mars 2017. Ce concours qui s’adressait aux blogueurs, reporters numériques et citadins, a été lancé en décembre dernier au cours de l’Africa Web festival.

African City Challenge est un concours qui va à la recherche des meilleurs solutions d’affaires imaginées par les citadins africains qui souhaitent prendre en main le futur de leur ville en répondant aux enjeux urbains majeurs.

Les reporters étaient invités à explorer une ville africaine avec pour double défi d’identifier une problématique que la croissance urbaine pouvait poser tout en allant à la rencontre d’une entreprise ou d’un projet qui propose une solution innovante liée au phénomène.

Pour la 1ère édition, les nombreux participants et les projets soumis sont venus de Dakar, Abidjan, N’Djamena, Niamey, Ouagadougou, Lomé et Cotonou.

Les sujets couverts par les candidats allaient de la mobilité urbaine à la salubrité dans les quartiers et le traitement des déchets électronique, en passant par l’optimisation du commerce de détail en ville.

Pour Mme Sy Diawara, fondatrice de l’Africa Web Festival « il devient urgent d’outiller la jeunesse urbaine africaine pour mettre à contribution son esprit créatif dans la conception de solutions novatrices susceptibles de favoriser la qualité de vie dans nos villes. Un concours tel qu’African City Challenge aide à sensibiliser sur l’importance de résoudre ensemble les problèmes que pose la ville qui ne cesse de croitre mais aussi à mettre la lumière sur ces jeunes qui innovent constamment pour des lendemains meilleurs ».

Les initiateurs de l’African City Challenge estiment que « le concours pourra avoir un impact plus significatif pour sa 2nde édition en étant ouvert sur davantage de villes africaines si des partenaires engagés s’associaient et accompagnaient le projet. Il s’agit maintenant mieux comprendre le modèle d’affaire de ces entreprises urbaines innovantes pour les aider à croitre tout en donnant plus d’espaces d’expression aux reporters qui parlent de nos villes et de leur futur».

L’équipe d’African City Challenge est composée de Mourtala Salha, initiateur du concept, Mariama Sire Diallo et Aileen Roungou, co-fondatrices du projet ainsi que Edwige Lia, chargée de communications. L’équipe a également bénéficié de l’expertise et du support de Mathilde Marcy, spécialiste en data mining et  Co-fondatrice de AfrikaWaly.

Le jury de l’African City Challenge était quant à lui composé de professionnels venus de plusieurs pays africains et œuvrant dans les secteurs des communications et des médias, de l’accompagnement d’entreprises et des nouvelles technologies ainsi que du milieu municipal et de l’urbanisme.

African City Challenge est un projet labellisé par la 22e Conférence des parties (COP 22) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Site internet : https://www.african-city.org/

Facebook : https://www.facebook.com/africancitychallenge/

African City Challenge tient à remercier ses Partenaires :

Les lauréats de la 1ère édition de l’African City Challenge :

Mme Clémence Cluzel et M Abdou Aziz Kane ont reçu les mentions spéciales du jury pour la qualité de leur reportage ainsi que pour le caractère innovant des initiatives qu’ils ont présentées.

KANE Abdou Aziz : « Ping ! La bouffée d’air frais sur Dakar »

Lisez son reportage : http://worldofnk.com/2017/03/30/ping-la-bouffee-dair-frais-sur-dakar/#.WP5ifhicbeQ

Abdou Aziz Kane exerce avec passion le métier de journaliste depuis 2009 à Dakar.  En 2013, il a effectué un passage à l’audiovisuel en intégrant la télévision futurs médias (TFM) au Sénégal. Passionné de sport, ses sujets de prédilections sont le développement de l’homme et de la planète. Sa flamme pour l’écriture le pousse d’ailleurs à participer à des soirées slams de poésie urbaine où les lettres et l’échange d’opinions permettent aussi d’aider à mieux comprendre ce monde qui nous entoure.

La réponse innovante qu’il a trouvée :

The Marbro Group et sa start-up Ping ont été fondés par le jeune entrepreneur Adam Martel Brown à Dakar et ont pour objectif de permettre aux villes africaines d’être en phase avec les défis technologiques et de développement urbain.  Ping, est un taxi particulier électrique qui améliore la mobilité urbaine tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

CLUZEL Clémence : « Weebi : l’ardoise digitale qui révolutionne le commerce de proximité sénégalais »

Lisez son reportage : http://nouvellesdedakar.com/weebi-lardoise-digitale-revolutionne-commerce-de-proximite-senegalais/

Clémence Cluzel est fraîchement diplômée en journalisme, passionnée des voyages elle saisit l’opportunité de travailler pour « nouvelles de Dakar » et ainsi découvrir le Sénégal. Elle est intéressée par les sujets sociaux car ils englobent de nombreux domaines qui sont essentiels pour comprendre les grandes problématiques de nos sociétés actuelles. Elle se passionne également pour les sujets portant sur les minorités.

La réponse innovante qu’elle a trouvée :

Weebi, (« simple » en pulaar), est une application mobile qui fonctionne comme une calculette numérique. Elle est destinée aux commerçants sénégalais : les crédits, chose courante dans le pays, sont habituellement notés dans des carnets. Mais cette façon de procéder est complexe et peu sure. Weebi simplifie et sécurise la gestion des commerces en donnant des chiffres clairs sur les achats de chacun des clients, préalablement enregistrés dans la base de données de l’application. Weebi permet également de réduire l’utilisation du papier et optimise le commerce en zone urbaine.

NGOUANOM  KENGNE  Diurtionnel Ines: « Amélioration du cadre de vie urbain : W. Afate, l’imprimante 3D basée sur le recyclage des déchets électriques et électroniques »

Lisez son reportage : https://aecam-14.blogspot.ca/2017/04/africa-city-chalenge-2016-par-ngouanom.html?showComment=1493317824323#c5777498866637252313

Ngouanom Kengne Diurtionnel Inès est actuellement en master i option urbanisme à  l’École Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme (EAMAU)  à Lomé. Passionnée par l’urbanisme, elle souhaite contribuer à la création d’un environnement favorable aux établissements humains. Elle est particulièrement intéressée par les problématiques liées au changement climatique, à la transition énergétique et à l’urbanisation.

La réponse innovante qu’elle a trouvée :

Le Woelab est une initiative originale de l’africaine d’architecture crée par l’architecte et chercheur en anthropologie Sénamé Koffi Agbodjinou. C’est là qu’a été conçue une imprimante 3d « W.Afate, »  fabriquée  dans l’esprit du recyclage des déchets électriques et électroniques,  par un jeune togolais Afate Gnikou. C’est la toute première imprimante 3d 100% recyclée « Made In Africa ».  Un projet qui permet de lutter contre les décharges électroniques qui pullulent en zone urbaine au Togo.

AKELE Cheikh Farid : « Les Résidences Chocolat à Abidjan : l’habitat multidimensionnel de Koffi & Diabaté Group »

Lisez son reportage : https://www.batiboom.com/single-post/2017/04/04Les-Residences-Chocolat-un-nouveau-concept-dhabitat-par-Koffi-et-Diabate-Group

Cheik Farid Akele a suivi une formation de journalisme au CESTI, école spécialisée de l’université de Dakar (UCAD). Il travaille actuellement pour le média en ligne batiboom.com lancé en septembre 2016 et spécialisé. Dans l’actualité du BTP et de l’architecture en Afrique. Ce site a pour vocation de promouvoir les savoir-faire et les grandes innovations des acteurs du secteur mais aussi, toutes les œuvres et initiatives du domaine développé sur le continent.

La réponse innovante qu’il a trouvée :

Les Résidences Chocolat sont conçues par les « Architectes-développeurs » Koffi Diabaté group, un opérateur global indépendant créé en 2001 à Abidja  intégrant les différents métiers de la chaîne immobilière. Attentif à la limitation de l’empreinte écologique, le groupe intervient en immobilier tertiaire résidentiel et commercial pour livrer des ensembles à l’écriture architecturale intemporelle, toujours appréhendés dans une logique de développement urbain durable.

BOUREIMA MOUKATA Oumoulkeirou : «  La gestion des déchets : le cas de Niamey avec la société Bio-Plast »

Lisez son reportage : //plus.google.com/106194525066102727851

Oumoulkeirou Boureima Boukata a effectué une licence puis un master en qualité-hygiène-sécurité-environnement à l’Ecole Supérieur Polytechnique de l’Université de Cheikh-Anta-Diop de Dakar. À la suite de ces études, elle est rentrée au Niger pour sensibiliser les citadins sur les enjeux environnementaux en lien avec les déchets, car comme beaucoup de pays africains, le Niger est confronté  à un problème d’insalubrité.

La réponse innovante qu’elle a trouvée :

Niger-Bioplast est une entreprise créée par le jeune entrepreneur Sofiani Wassalké. Cette entreprise est spécialisée dans le domaine de la vente de sachets biodégradable et de poubelles de trottoirs de ville adaptées au Niger, et sponsorisables par les entreprises. Les moyens de collecte sont des tricycles motorisés et non motorisés. De plus l’entreprise utilise ces déchets « recyclés’ pour confectionner des sacs, des trousses et des cartables verts et durables.

Burkina24.com