Les accidents de la route, ça tue, ça blesse mais ça handicape aussi

55
Les accidents de la route, ça tue, ça blesse mais ça handicape aussi

La moitié des accidents de la circulation provoquent des blessures aux usagers. Elles peuvent avoir des conséquences durables sur leur bien-être et leurs capacités physiques. Elles ont aussi des conséquences économiques pour ces personnes et leurs familles. Les blessures créent parfois des incapacités qui ne permettent plus de travailler et de mener des activités quotidiennes.

Entre le 2 février et le 31 juillet 2015, une enquête a été réalisée au service traumatologie du CHU Yalgado à Ouagadougou.

Parmi les 1 867 victimes entrées aux urgences durant cette période, 39 sont décédées pendant le séjour et 8 sont décédées dans les 30 jours après leur sortie de l’hôpital. Ces décès sont à ajouter aux 128 morts trouvés sur le lieu d’accident par la Brigade nationale des sapeurs-pompiers en 2015.

Parmi les accidentés hospitalisés, 53 % souffraient de lésions superficielles, 15 % de plaies ouvertes et 24 % de fractures. Les usagers des deux-roues motorisés présentaient les blessures les plus graves, parmi lesquelles 43% concernaient la tête.


Conséquences des accidents de la route

Sept jours après leur accident, 28 % des victimes déclaraient avoir au moins un trouble concernant leur santé. Trente jours après leur accident, 26% des victimes présentaient toujours une incapacité à réaliser au moins une action du quotidien sans aide et présentaient plusieurs symptômes. Une année après leur accident, 9 % des personnes interrogées présentent toujours une paralysie temporaire ou permanente impliquant un arrêt de travail d’un des membres de la famille pour les aider.

Pourquoi les usagers à risques ne se protègent-ils pas davantage en circulation pour réduire le risque de blessures ? Pourquoi certains usagers de la route ne respectent-ils pas les règles de circulation et mettent en danger les personnes vulnérables en circulation ? Pourquoi les autorités ne parviennent-elles pas à faire respecter les règles de sécurité routière ?

Références :

Bonnet E., Fillol A., Nikiema A., Ouedraogo M., Lechat L., Ridde V., 2016, Se protéger en circulation réduit la gravité des blessures, L’équité en santé au Burkina Faso, http://www.equitesante.org/wp-content/uploads/2016/01/Note-Traumatismes_PB2_fr.pdf

Bonnet E., Bagnoa C., Allard P., Remacle E., Rouamba G., Ridde V., 2017, La difficile prise en charge des incapacités fonctionnelles à la suite d’un accident de la route au Burkina Faso, http://www.equitesante.org/wp-content/uploads/2017/11/P.B.-Handicap.pdf

Par Aude Nikiema (INSS/CNRST), Emmanuel Bonnet (IRD), Christian Dagenais (Univ. de Montréal), Valéry Ridde (IRD)

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici