Le tournoi de lutte de Pankélé pense à l’après carrière des athlètes

46

La onzième édition du tournoi de lutte de Pankélé (commune de Toma dans la région de la Boucle du Mouhoun) aura lieu du 12 au 13 avril prochain. Deux cents lutteurs de neuf régions du Burkina sont attendus à cette édition.

Le comité d’organisation du Tournoi de Kanpélé promet une grande compétition de lutte

Assurer une fin de carrière heureuse et glorieuse pour les lutteurs burkinabè. C’est l’objectif que s’est fixé l’Association Konwoma des jeunes lutteurs de Pankélé, village situé dans la commune rurale de la Toma dans la Boucle du Mouhoun. Ce qui explique le choix du thème « Lutteur professionnel et gestion de sa carrière » pour cette édition du tournoi de lutte de Pankélé.

Selon le comité d’organisation, présente face à la presse le jeudi 4 avril 2019, près de deux cents lutteurs sont attendus du Houet, du Mouhoun, de la Kossi, du Sanguié, du Gourma, du Kadiogo, du Boulkiemndé, du Sourou et du Nayala. Cette année selon le président du comité d’organisation Konwoman Rufin Paré, les deux sexes seront représentés pendant cette compétition.

« Chez les hommes, le champion repartira avec un tricycle, plus un trophée et un lot de gadgets », a expliqué Konwoman Rufin Paré. La victorieuse chez les dames remporte une moto et un trophée. Le tournoi de Pankélé est promu par d’anciens lutteurs du Nayala parmi lesquels Issa Ki, président de l’Association Konwoma, champion d’Afrique dans la catégorie des 66 kg en 2000, Denis Charles Bayané, six fois successivement champion des 86 kg à la SNC, Gérard Ki, Kawapan Bakouan entre autres.

Le choix de cette compétition est guidé, selon les explications de Rufin Paré, par la volonté de ces anciens lutteurs de faire en sorte que Pankélé garde sa renommée de terroir de grand lutteur et de passer le flambeau aux jeunes générations. « La lutte au Nayala, c’est comme le football au Brésil », a lancé le porte-parole dans le but d’assurer de la mobilisation. « La lutte n’est pas seulement une compétition du milieu rural, uniquement pour les agriculteurs. C’est un sport national », insiste Paré. La cérémonie est présidée cette année par le ministre des sports et des loisirs Daouda Azoupiou.

Boukari OUÉDRAOGO 

Burkina24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici