Le Burkina Faso pourrait retirer ses troupes du Darfour pour faire face à la menace terroriste

343

Le contingent de 850 Burkinabè déployés par Ouagadougou au sein des Casques bleus au Darfour va-t-il être rapatrié ? Si rien n’est encore tranché, cette option est sérieusement envisagée par le Burkina Faso.

« Nous envisageons effectivement de retirer notre contingent au Darfour. C’est un projet qui est en cours, il est soumis aux autorités politiques », a déclaré jeudi 12 mai à Ouagadougou le général Pingrenoma Zagré, chef d’état-major général des armées.

En cause, la menace terroriste à laquelle est exposée le Burkina Faso. Le 15 janvier dernier, la capitale burkinabè était en effet la cible de plusieurs attaques sanglantes, perpétrées contre l’hôtel Splendid et les bars Taxi Brousse et Cappuccino. Ces attentats revendiqués par Aqmi, les premiers contre le pays, avaient fait 30 morts.

« L’environnement sécuritaire a complètement changé »

Un contexte sécuritaire qui explique donc la réflexion engagée par le Burkina. « Il y a huit ans, lorsque nous déployions notre premier contingent au Darfour (…) nous avions une situation dans la bande sahélo-saharienne qui était satisfaisante. Aujourd’hui l’environnement sécuritaire a complètement changé et nous subissons sur notre propre sol des attaques terroristes qui nous obligent à redéfinir nos priorités en matière sécuritaire ».

Pour l’heure, aucune date n’a été fixée pour le retrait des forces militaires burkinabè du Darfour. La décision définitive revient au chef suprême des armées, le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré.

Jeune Afrique