Le Burkina Faso et la France en concertation dans la lutte contre le terrorisme

33

Les questions sécuritaires ont été au centre des discussions lors de la dernière visite du président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré en France, a affirmé samedi le service de la communication de la présidence dès son retour de Paris.

La zone nord du Burkina Faso sur la frontière avec le Mali et le Niger, a fait l’objet de beaucoup d’attaques des extrémistes depuis ces derniers temps. « Nous avons décidé qu’il était important d’accroître la réactivité de la Force Barkhane notamment dans la zone, même si Barkhane a pour objet de veiller sur la sécurité au niveau du Mali, du Niger, de la Mauritanie, du Tchad et du Burkina Faso. Nous avons informé de notre engagement en tant que G5-Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme », a déclaré M. Kaboré dont les propos sont rapportés par son service de communication.

De l’avis du président Kaboré, un certain nombre de décisions ont été envisagées et elles feront l’objet d’une concertation entre le Ministre de la Défense du Burkina Faso et celui de la France et entre les chefs d’Etat-major pour que désormais, « nous puissions assurer au mieux notre propre sécurité et compter sur le fait que Barkhane puisse en cas d’urgence pouvoir assurer les problèmes de couverture aérienne pour nous permettre de mieux avancer dans ce combat contre le terrorisme qui est un combat de longue haleine ».

Le président Kaboré a déclaré samedi à Ouagadougou que sa visite en France a été une occasion pour faire le point de la coopération entre la France et le Burkina Faso avec des sujets ayant trait aux questions économiques et de sécurité, a annoncé le bureau de communication de la présidence.

« Nous avons salué la participation de la France à la Table ronde des partenaires du Burkina Faso et leur engagement, en nous disant qu’il était important que nous puissions travailler à mettre cet engagement en œuvre le plus rapidement possible ».

Le président burkinabè a en outre, salué la participation de l’Agence française de Développement (AFD) à travers l’Etat pour le financement de la ville de Ouagadougou à hauteur de 52 milliards de F CFA.

En marge de cette visite officielle, le président Roch Marc Christian Kaboré a été invité par l’Institut du Monde arabe (IMA) à participer aux cotés des chefs d’Etat de la France, du Mali et de la Mauritanie à une exposition « Les trésors de l’Islam en Afrique : De Tombouctou à Zanzibar ».

Bayiri.com