L’avocat de Trump avoue avoir versé 130 000 dollars à une actrice pornographique

160

Stephanie Clifford, actrice pornographique américaine, a affirmé avoir eu des relations sexuelles en 2006 avec Donald Trump. L’avocat de ce dernier a admis avoir mis de l’argent de sa propre poche pour conclure un accord avec l’intéressée.

L’avocat personnel du président américain Donald Trump a révélé avoir versé 130 000 dollars de sa poche à une actrice de cinéma pornographique ayant affirmé avoir eu une relation sexuelle avec le magnat de l’immobilier en 2006.

Dans une déclaration publiée le 13 février par le New York Times, l’avocat Michael Cohen n’a pas précisé les raisons de ce versement d’argent, alors que le président américain a été mis en cause à plusieurs reprises au sujet de sa conduite envers les femmes.

Les déclarations de son avocat pourraient en outre relancer les spéculations sur l’état de ses relations avec son épouse Melania, qui avait annulé en janvier son voyage à Davos en Suisse. Le président américain avait dû s’y rendre seul après de premières révélations sur sa relation avec cette actrice.

Maître Cohen a précisé qu’il n’avait pas été remboursé par Donald Trump de la somme versée à Stephanie Clifford, 38 ans, connue sous le nom de Stormy Daniels dans l’industrie pornographique. Le paiement était légal, a ajouté maître Cohen. «Ni l’organisation Trump, ni la campagne de Trump n’était partie à la transaction avec Madame Clifford, et ni l’une, ni l’autre ne m’ont remboursé ce versement, directement ou indirectement», a encore déclaré l’avocat.

Le paiement à Stephanie Clifford «n’était pas une contribution à la campagne (de Trump) ou une dépense de campagne de quiconque», a-t-il ajouté. Le président américain était un simple citoyen quand sa rencontre avec l’actrice en 2006 est supposée avoir eu lieu. Il était déjà marié à l’époque avec l’ancienne mannequin slovène qui avait donné naissance à leur fils Baron quatre mois plus tôt.

La transaction avec l’actrice avait été rapportée en premier lieu le 12 janvier par le Wall Street Journal. Dans un communiqué, la Maison Blanche avait catégoriquement démenti toute rencontre à caractère sexuel entre Donald Trump et Stormy Daniels.

Durant la campagne présidentielle en 2016 avait été publiée une vidéo de 2005 dans laquelle Donald Trump se vantait de pouvoir «attraper» les femmes «par la chatte» grâce à sa célébrité. Donné pour politiquement mort après la publication en pleine campagne de cette vidéo, ou encore accusé par plusieurs femmes de les avoir harcelées ou agressées sexuellement, il a néanmoins été élu président des Etats-Unis. Dans une société puritaine comme la société américaine, l’adultère est mal accepté mais Donald Trump a déjà montré que les canons classiques de la politique américaine ne s’appliquaient pas forcément à lui.

CamerounWeb.com