L’assistant de police Rasmané Doussoungou conduit à sa dernière demeure

1093

L’Assistant de Police stagiaire, Rasmané Doussoungou, décédé le vendredi 13 mai 2016 à l’Hôpital National Blaise Compaoré, a été conduit à sa dernière demeure, dans l’après-midi du même jour, au cimetière de Sandogo, à Ouagadougou, annonce la direction de la communication du ministère en charge de la sécurité intérieure.

Cette inhumation a été faite en présence du ministre Simon Compaoré, de la hiérarchie policière, des corps militaires et paramilitaires, et des parents et connaissances du défunt.

L’assistant de police Rasmané Doussoungou est décédé des suites de ses blessures, après avoir été renversé par un usager de la route, qui n’a pas marqué l’arrêt au feu rouge. L’assistant de police laisse derrière lui une femme et un enfant. Il aurait eu 26 ans le 31 décembre 2016.

Burkina24


La réaction du ministre Simon Compaoré : « Je suis très choqué »

« Je suis très très choqué. Parce que vous voyez que, lorsqu’on est obligé de passer par des méthodes assez quelques fois musclées, la police, la gendarmerie et l’ensemble des forces de sécurité ont raison. Les feux tricolores et les panneaux de stop sont faits pour être respectés. C’est pour sécuriser tout le monde.

L’assistant de police Rasmané Doussoungou conduit à  sa dernière demeure

Le ministre de la sécurité échangeant avec les membres de la famille du défunt – © Dircom MATDSI

Vous avez vu que pendant qu’on était dans le cortège funéraire, le jeune qui est venu coincer tout le monde avec une moto, en faisant des acrobaties, pendant qu’on était en train de transporter un corps. Il pouvait cogner quelqu’un dans le cortège et provoquer encore mort d’homme. Je crois que tous ceux qui parlent de sensibilisation, on va continuer à le faire, mais lorsqu’il faut prendre son courage à deux mains pour sauver des vies, malgré des gens, on est obligé de le faire.

En tout cas, c’est un exemple qui amène tout un chacun à ce que lorsqu’il faut prendre des mesures, que personne ne se plaigne. Voilà une vie arrachée, nous avons vu le corps, il est très jeune. Il laisse une famille inconsolable, pour quelqu’un qui n’a pas voulu obtempérer. Disons même que c’est criminel, puisqu’on l’a arrêté et il a foncé sur le policier en question.

Dans les jours à venir, nous allons nous réunir, et demander à toute la police et la gendarmerie de ne pas baisser les bras, mais de redoubler d’efforts, et de faire ce qu’on doit faire. Au péril de notre vie, nous allons servir la nation, nous allons faire chaque jour que Dieu fait, sauver des vies en accomplissant notre mission.

Nous n’allons pas baisser les bras. Ça fait mal, mais nous allons continuer. Je voulais vous dire aussi, qu’on attend beaucoup de vous (la presse), qu’on se mette ensemble pour qu’il n’y ait pas de plainte quand quelqu’un demande à être sanctionné. Qu’on soit tous d’accord que dans la vie de tout un chacun, même dans la cellule familiale, il faut quelques fois, des corrections. A fortiori, lorsqu’il s’agit de respect de la loi, on ne badine pas.

 En tout cas, on est très choqué, mais réconfortant, parce que vous avez vu, tous les autres corps sont là, il y a la justice, il y a la société civile pour compatir. Ça fait chaud au cœur, et je voudrais en ma qualité de ministre en charge de la sécurité intérieure, dire un grand merci à tous ceux qui ont effectué le déplacement.

Non seulement, il a causé mort d’homme, même si ce n’était pas un policier qu’il a tué, nous allions le rechercher et le mettre à la disposition de la justice. Il y a déjà des recherches qui sont en cours, on a pu déjà relever le numéro de son engin, mais malheureusement, c’est un faux numéro. Puisqu’on a été au service des transports et le numéro qui a été relevé est celui d’un tricycle, alors que ce n’est pas un tricycle. Donc c’est du faux.

Mais les recherches continuent par d’autres moyens, et nous souhaitons que Dieu puisse nous accompagner dans ce travail pour que cette personne soit retrouvée et mise à la disposition de la justice pour le droit puisse être dit ».

Source : Dircom MATDSI

Burkina24.com