L’Aïd el-Fitr à la communauté Ahmadiyya : Dans un appel à multiplier les prières pour le Burkina

120
L’Aïd el-Fitr à la communauté Ahmadiyya : Dans un appel à multiplier les prières pour le Burkina

Après un mois de pénitence, ils étaient nombreux, ces fidèles musulmans, à converger, le mardi 4 juin 2019, au siège de la communauté islamique ahmadiyya sis au quartier Somgandé, dans l’arrondissement N°4 de Ouagadougou. Là, ils se sont, une fois de plus, abreuvés de messages liés à cet important instant islamique et au vivre-ensemble au Burkina.

Prières, invocations, récompenses aux lauréats du concours de lecture du saint Coran, repas communautaire ont été, essentiellement, les grandes articulations de cette importante étape de la fête de Ramadan 2019.

Dans son sermon, l’imam Mahmood Nasir Saqib est revenu sur le mois de privation et ses implications pour le fidèle. Pour lui, la fin de ce mois n’implique pas un retour à des pratiques classiquement condamnables par la religion.

« Ce mois doit être une sorte de renaissance pour chaque musulman. Le plus important donc, c’est de poursuivre ce qu’on a entamé pendant le mois de Ramadan, faire en sorte que l’année prochaine, ce mois nous trouve dans des conditions spirituelles encore meilleures qu’aujourd’hui », recommande l’Amir Mahmood Nasir Saqib.


Il a, à cet effet, souligné que les prières et la fidélité aux mosquées ne doivent pas prendre fin avec la fin de jeûne. Il a également galvanisé à toujours promouvoir autour de soi, les valeurs de fraternité, de solidarité et de partage qui ont caractérisé le mois de Ramdan.

« Ayez à tout moment en pensées, ces personnes-là qui n’ont pas à manger, qui n’ont pas suffisamment d’eau à boire, en vous référant régulièrement à ce que vous ressentiez lorsque vous jeûniez toute la journée », a invité l’imam Mahmood Nasir Saqib.

Parlant de société, l’Amir a eu une pensée envers ces personnes directement éprouvées du fait du phénomène terroriste avant d’inviter chacun à multiplier les prières pour le Burkina. « Notre pays traverse un moment difficile et chacun se doit de multiplier les prières afin que Dieu nous aide à vaincre les forces du mal qui se sont érigées contre notre pays », a-t-il invoqué en substance.


« Je peux dire que ceux qui sont en train de créer cette situation, sont des gens égarés. Ce n’est pas une religion qui enseigne cela, ça n’a rien à avoir avec l’Islam. Maintenant, pour nous, ce qui est nécessaire, c’est de donner le message à tout le monde, en condamnant d’abord ce qui se passe. Ensuite, lorsqu’on constate une situation anormale quelque part, lorsqu’on a une information, qu’on la donne aux services étatiques compétents », prône Mahmood Nasir Saqib, pour qui chacun doit donc servir de maillon dans cette lutte.

« La meilleure sécurité, c’est d’abord chaque individu, chaque famille. Chacun doit être un responsable de sécurité. Chacun doit faire un effort pour informer, lorsqu’il sent qu’il y a quelque chose qui ne va pas autour de lui », insiste-t-il.

L’Amir se félicite de la cohabitation religieuse au Burkina et exhorte à maintenir l’élan et à resserrer les rangs. « J’étais avec mes frères chrétiens, lorsqu’on est allé présenter les condoléances. (…). Les religieux sont tous ensemble ; musulmans, catholiques, protestants, nous sommes tous ensemble. La religion est individuelle, chacun fait la prière à sa manière, mais c’est le même Dieu que nous adorons tous.


Donc, nous condamnons tous les actes terroristes. Ce sont des individus qui essaient d’opposer les gens au Burkina (référence faite certainement aux attaques de lieux de culte, ndlr) », peut-on résumer du message de l’Amir Mahmood Nasir Saqib, souhaitant que Ramadan 2020 se passe dans la paix, la sécurité, la gaieté pour tout le pays et le plein épanouissement pour chaque Burkinabè.

OHL

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici