La Journée Nationale du Paysan devient biennale

82

La grande rencontre d’échanges directs entre le Président du Faso, entouré d’une forte équipe gouvernementale et les acteurs du monde paysan, s’est tenue ce samedi 13 mai 2017 dans la salle polyvalente de Kaya. D’importantes décisions ont été prises dont celle portant sur la périodicité de l’événement.

Le Président du Faso a saisi l’occasion de cette 20ème édition de la Journée nationale du Paysan (JNP), organisée sous le thème « Journée nationale du Paysan, 20 ans d’existence : bilan et perspectives », pour rendre hommage aux producteurs du pays. Ces acteurs du développement méritent bien cet hommage car, « le secteur agro-sylvo-pastoral et faunique est le fondement même de notre développement économique et la croissance de notre pays », a souligné le chef de l’Etat. Il a également noté que cette édition est une halte pour évaluer les acquis et tirer les enseignements de ce qui n’as pas bien marché. L’objectif étant de « donner un moteur supplémentaire au secteur du monde rural ». Cette nouvelle dynamique passe par l’établissement d’un partenariat « de type nouveau que nous devons avoir avec les producteurs et les productrices du Burkina Faso, de manière à ce que chacun en ce qui le concerne puisse assurer pleinement ses responsabilités pour le progrès du secteur agro-sylvo-pastoral dans notre pays », a dit le Président Roch Marc Christian KABORE. Il a aussi insisté, dans son adresse aux acteurs du monde rural, sur le potentiel du secteur à générer des emplois pour les jeunes. Pour lui, il ne s’agit pas seulement de produire, mais il faut pouvoir écouler la production ou procéder à sa transformation.

Tirant les grandes conclusions de cette rencontre qui a duré six heures, le Président Roch Marc Christian KABORE a noté deux points saillants qui font consensus au sein du monde paysan. Il s’agit notamment de la périodicité de la JNP qui passe d’annuelle à biennale et de la mise en place d’un Secrétariat permanent. Composé, selon la volonté du monde paysan, par des « acteurs non étatiques », le Secrétariat permanent devra « veiller à ce que l’ensemble des recommandations et des engagements que nous prenons puissent être mises en exécution et procéder à des relances relativement aux différents engagements, soit de notre côté soit du côté des producteurs ».

L’innovation concernant la périodicité, de l’avis du Président du Faso, « donne le temps de pouvoir analyser et de prendre des décisions et cela nous permet également de travailler à la mise en œuvre des recommandations que nous faisons à une JNP et non pas être au pas de charge avec des données qui ne sont pas fiables ».

Sur la question du financement, notamment de l’organisation de la JNP, du fonctionnement de la nouvelle structure qu’est le Secrétariat permanent et de l’organisation d’une nouvelle activité d’envergure, à savoir le Salon de l’agriculture, le chef de l’Etat a invité les partenaires du monde paysan à une réflexion plus poussée. « Je pense qu’il nous faut rationaliser la participation de l’Etat et je pense qu’il y a des choses que nous pouvons assumer. Avec l’ensemble des structurations, je voudrais que nous ayons une vision de partenariat », a dit le Président du Faso avant d’inviter les acteurs du monde rural à la 21e édition de la JNP en 2019.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Bayiri.com