La députée Marie Rose Compaoré à l’assaut du cancer du sein et du col de l’utérus

195

L’élue de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) de la province du Zoundwéogo, Rose-Marie Compaoré/Konditamdé est en bataille contre le cancer du sein et du col de l’utérus. Dans un communiqué signé du département communication du parti, il ressort que sur son initiative, il a été organisé une campagne de dépistages gratuits au profit de 2000 femmes de la province.

Pour s’assurer du bon déroulement de la campagne de dépistage débutée en mars, la députée a fait une sortie terrain le mardi 18 avril 2017. Les premiers résultats font état de 500 femmes ayant bénéficié du dépistage à Manga, chef-lieu de la province. « Parmi elles, 60  femmes présentaient des signes suspects. 10 ont été orientées vers des hôpitaux de Ouagadougou, et le reste des cas ont pu être traités localement », peut-on lire dans le communiqué.

En plus de la ville de Manga, des femmes des communes rurales de  Gogo et de Gomboussougou ont pu bénéficier de  ces examens médicaux  les 18 et 19 avril. La campagne suit son court. C’est ce vendredi 21 avril 2017 que les femmes de Béré recevront l’équipe médicale mobilisée pour la circonstance. Dans ces trois localités, 500 femmes bénéficieront à terme  des dépistages gratuits.

En tournée dans la commune rurale de Gogo, située à 19 kilomètres de Manga, accompagnée du Maire Bernard T. BOUDA, la députée a pu constater de visu des femmes vers le Centre de santé et de promotion sociale (CSPS). « L’engouement était de taille », informe le département communication. Dans ses entretiens avec le personnel soignant composé de 04 agents de santé, soit un seul infirmier et 03 AIS pour une population estimée à 18 000, il ressort que le service peut recevoir en une journée environ 200 malades. « Aux temps durs, il m’arrivait de soigner de 6 h à 22 h, sans mettre quelque chose sous la dent », aurait confié l’infirmier major Amadou Sawadogo.

La députée Marie Rose Compaoré à l’assaut du cancer du sein et du col de l’utérus
Rose-Marie COMPAORE (droite) remettant un kit de matériels de
dépistage au CSPS de Gogo © SNIC/UPC

Et il n’y aurait pas que l’effectif de l’équipe médicale qui marque plus les esprits, mais « un matelas en lambeaux déposé sur une structure à la solidité douteuse » et qui sert de table d’accouchement. De son côté le maire Bernard Bouda déplore l’ineffectivité du transfert de compétence au profit de la commune. Ce qui pousse le conseil médical à faire de son mieux pour veiller à l’entretien périodique des bâtiments et à la fourniture d’équipements.

Après avoir pris connaissance des réalités sur le terrain et félicité le personnel de santé « pour son dévouement et son patriotisme dans ces dures conditions », la députée promet d’« interpeller qui de droit, afin que la situation puisse s’améliorer ».

Synthèse par Oui KOETA

Burkina24

Burkina24.com