Kofi Annan pour l’éternité: que retenir de la vie du diplomate?

48

CameroonWeb vous l’annonçait il y a quelques heures. L’ancien Secrétaire général de l’ONU est décédé en Suisse ce samedi matin après une courte maladie. Selon sa famille, il est décédé en Suisse après une courte maladie. Au moment où le monde entier célèbre l’illustre diplomate, CameroonWeb vous le parcours de l’homme et son combat pour la paix à travers le monde.

Ci-dessous la biographie du disparu :

Kofi Atta Annan, né le 8 avril 1938 à Kumasi au Ghana et mort le 18 août 20181 à Berne2, fut le septième secrétaire général des Nations unies et le premier à sortir des rangs du personnel de l’organisation. Il occupe cette fonction de 1997 à 2006. Le 10 décembre 2001, il reçoit le prix Nobel de la paix. Il meurt le samedi 18 août 2018.

Il a succédé à Boutros Boutros-Ghali, en poste depuis 1992. Il a entamé son premier mandat le 1er janvier 1997. Le 29 juin 2001, l’Assemblée générale l’a réélu par acclamation pour un second mandat, commençant le 1er janvier 2002 et s’achevant au 31 décembre 2006. Il a été Coordonnateur des Nations Unies pour les questions de sécurité de 1987 à 1990. Avant d’être élu Secrétaire général, M. Annan a également rempli les fonctions de Sous-Secrétaire général (mars 1992-février 1993) puis de Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix (mars 1993-décembre 1996).

Entre novembre 1995 et mars 1996, M. Annan a été Représentant spécial du Secrétaire général pour l’ex-Yougoslavie, supervisant à cette occasion la transition, en Bosnie-Herzégovine, de la Force de protection des Nations Unies (FORPRONU) à une force multinationale de mise en oeuvre de la paix (IFOR) sous la direction de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Le 10 décembre 2001, le Secrétaire général de l’ONU a reçu le prix Nobel de la paix. Du 23 février au 2 août 2012, il a également été Émissaire conjoint de l’ONU et de la Ligue arabe pour la crise syrienne.

LIRE AUSSI: Election 2018: Olivier Bile n’a pas convaincu le Conseil constitutionnel

CamerounWeb.com