Kemi Seba : « La reconquête du souverainisme africain passera par Ouagadougou »

12

Kemi Seba, fondateur et porte-parole principal du Front anti-CFA sera au Burkina Faso, « pays de Sankara » d’où il entend  relancer « la reconquête du souverainisme africain ». La tournée est prévue du 20 au 25 mai prochain.

Kemi Seba fera une tournée de cinq jours « au Burkina Faso, le pays de Sankara ». Ce critique de la politique extérieure de la France ne caricature pas Ouagadougou comme étant la capitale des engins à deux roues. « Ouagadougou, hier terre de modèle de lutte contre le néocolonialisme, aujourd’hui paradis des Organisations non gouvernementales occidentales », peut-on lire dans l’annonce.

Par ailleurs fondateur de l’ONG Urgences panafricanistes, Kemi Seba n’est pas tendre avec les nombreuses Organisations non gouvernementales présentes sur l’échelle du continent africain et particulièrement celles présentes au Burkina. En les qualifiant de « réseaux pseudos-humanitaires et autres ONG paternalistes françaises faisant la pluie et le beau temps à Ouaga », il dit s’attendre à ce qu’elles l’attaquent, le diabolisent.

Ce n’est pas ce qui brisera son élan. Le but visé s’en passe bien selon le fondateur d’Urgences panafricanistes. Pour lui, cela relève du devoir que de « structurer la prochaine étape du Front anti colonialisme français en Afrique (Front anti CFA) est de densifier la résistance et de sensibiliser les consciences sur le sol de l’homme intègre Sankara ».

A le lire, le choix de Ouagadougou, capitale du « Pays des hommes intègres » n’est pas fortuit. « La reconquête du souverainisme africain, affirme Kemi Seba, passera par Ouagadougou ».

Synthèse de Oui KOETA

Burkina24

Burkina24.com