Jubilé d’or de l’UFC-Dori : Une messe pour clore les festivités

47
Jubilé d’or de l’UFC-Dori : Une messe pour clore les festivités

Les festivités du jubilé d’or de l’Union fraternelle des croyants de Dori (UFC-Dori) se sont déroulées du 18 au 20 octobre 2019. Les activités ont été lancées le 18 octobre par un doua à la grande mosquée de Dori, qui a réuni musulmans et chrétiens. La journée du 19 octobre a été marquée par une conférence publique, des décorations et le baptême d’un rond-point du nom du père-fondateur de l’UFC. Ce dimanche 20 octobre 2019, ce sont les chrétiens catholiques qui ont accueilli leurs frères musulmans et des autres confessions religieuses du Sahel, pour la messe d’anniversaire de l’UFC.

L’Union fraternelle des croyants de Dori (UFC-Dori) est une organisation qui œuvre pour le développement socioéconomique, la cohésion sociale et le vivre-ensemble dans la région du Sahel. Depuis 50 ans, l’organisation a apporté sa touche au développement du Sahel par la réalisation de boulis maraîchers, de puits de grand diamètre, des formations allant dans le sens de la cohésion sociale et du vivre-ensemble, des formations aux métiers tels que la couture, la mécanique. L’organisation a fêté ses 50 ans d’existence à travers 72 heures d’activités.


Après le doua à la mosquée, la conférence publique et le baptême d’un rond-point du nom de Lucien Bidaud, les chrétiens, les musulmans et les membres des autres confessions religieuses se sont retrouvés ce dimanche 20 octobre à l’église catholique pour la messe du jubilé d’or.

Au cours de la messe, Boubacar Cissé, le petit-fils de Nassourou Cissé, grand imam de Dori dans les années 1963, a pris la parole pour rappeler que ce sont les leaders musulmans qui ont plaidé auprès de la population pour la construction d’une église à Dori. A l’en croire, l’esprit de vivre-ensemble et de cohésion sociale a été préservé depuis 50 ans, d’où la présence des musulmans à l’église pour la messe.


Quant à Mgr Laurent Dabiré, évêque de Dori, il a souligné que depuis le début de l’année, des activités comme des sensibilisations, des formations, des caravanes pour la paix ont été menées. Pour lui, cette messe est l’occasion de remercier ensemble Dieu pour tout ce qu’il a fait. L’évêque a demandé à toutes les personnes qui ont contribué à la bonne marche de l’UFC à continuer de le faire. Il a appelé les musulmans et les chrétiens à faire de nouveaux progrès dans le dialogue, la solidarité, la fraternité, afin que l’UFC soit un cadre, une école où on apprend à vivre ensemble sans distinction.

Daoula Bagnon

Correspondant Dori

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici