Journée mondiale du lait : le Burkina débourse plus de 10 milliards par an pour l’importation du lait malgré un important potentiel laitier

167

Le 1er juin de chaque année est célébrée la journée mondiale du lait. Au Burkina Faso, les acteurs de l’interprofession de la filière lait saisissent cette journée pour trouver des pistes de solutions et des recommandations fortes à l’endroit des gouvernants. Cette année, le thème retenu est « filière lait du Burkina Faso : la modernisation des unités de production et de transformation face aux défis d’investissement ».

Le Burkina Faso dispose d’un important potentiel laitier avec plus de 8 millions de bovins, 7 millions d’ovins et 11 millions de caprins. Malgré tout, le pays continue de débourser chaque année plus de 10 milliards pour l’importation de lait et des produits laitiers. Une situation qui s’explique en grande partie par l’insuffisance des crédits accordés aux producteurs pour répondre à la demande. Cette 8e journée mondiale du lait est l’occasion pour les premiers acteurs de dégager des recommandations pour trouver des pistes de solutions afin de résoudre ces problèmes.

Le président de l’interprofession de la filière lait du Burkina Al-Ayat Ouédraogo a indiqué qu’ « une étude de la Banque Mondiale a montré qu’en dehors des crédits destinés à la commercialisation du coton, ceux attribués au secteur de l’élevage restent insuffisants ». Pour lui, « les acteurs ont la volonté manifeste mais il y a des difficultés d’accès au financement. Quel qu’en soit votre détermination, si vous n’avez pas de moyens conséquents, vous ne pouvez pas accéder aux équipements, ni développer véritablement votre chaine de production, de transformation et de distribution ».

Outre les problèmes de financements, les producteurs font face aux changements climatiques mais développent d’autres techniques pour pouvoir satisfaire les besoins des animaux laitiers. Et face à la concurrence des produits laitiers importés, ils sont obligés de trouver des emballages qui pourront donner plus de visibilité et de crédibilité à leurs produits.

Le ministre des ressources animales et halieutiques qui a présidé la cérémonie a exhorté les Burkinabè à soutenir le lait local en le consommant davantage. Soumanogo Koutou a rassuré que son département travail à améliorer les conditions de vie et de travail des éleveurs.

Durant trois (03) jours au siège du FESPACO, des expositions-vente ainsi que des panels et communications meubleront cette 8e journée mondiale du lait au Burkina.

Bernabé Kabré

Source : Omegabf.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici