Journée mondiale de l’environnement : La mairie de Ouagadougou et le groupe Ecobank reverdissent l’avenue Kwamé-N’Krumah

48

En marge de la Journée mondiale de l’environnement, une cérémonie de plantation d’arbres sur l’avenue Kwamé-N’Krumah a été organisée ce samedi 9 juin 2018. Une cérémonie qui, selon le directeur général d’Ecobank Burkina, Cheick Travaly, a permis à l’institution bancaire et aux premiers responsables de la ville de Ouagadougou, de faire de la protection de l’environnement, une réalité au Burkina Faso. Et au-delà de cette action de protection de l’environnement, dit-il, la cérémonie contribuera également à faire revivre cette avenue qui a été frappée à deux reprises par les « forces du mal ».

Journée mondiale de l’environnement : La mairie de Ouagadougou et le groupe Ecobank reverdissent l’avenue Kwamé-N’Krumah
Monsieur Simon Compaoré, Ministre d’Etat auprès de la présidence du Faso et président de la cérémonie

Redonner vie à l’avenue Kwamé-N’Krumah, oui, mais surtout redonner la vie par l’arbre, comme le disait l’illustre Thomas Sankara, « chaque arbre doit avoir sa joie et sa joie doit avoir son arbre », a dit le maire de la ville, Armand Béouindé. « C’est donc pour cela que nous voulons faire en sorte que chaque Ouagalais ait la joie de posséder un arbre », a-t-il poursuivi. « Ce qui contribuera aussi à faire naître chez ceux-ci un sentiment d’avoir chacun son arbre pour que la ville de Ouagadougou, reconnue comme la ville verte, retrouve son lustre d’antan », a-t-il estimé.

Journée mondiale de l’environnement : La mairie de Ouagadougou et le groupe Ecobank reverdissent l’avenue Kwamé-N’Krumah
L’avenue Kwame N’Krumah

Pour le maire de Ouagadougou, cette plantation d’arbres représente ainsi la première action de leur engagement. La deuxième action de cet engagement sera donc de paver les lieux ou sont plantés les arbres. La troisième et dernière action sera de s’occuper des lampadaires afin de redonner une belle vue à l’avenue Kwamé-N’Krumah, qui représente le cœur de la capitale. Le ministre d’Etat auprès de la présidence du Faso, Simon Compaoré, a, quant à lui, félicité les initiateurs de la cérémonie. Car, pour lui, « l’espoir est aujourd’hui permis, parce que nous voyons renaître des éléments permettant de dire que cette avenue va retrouver sa splendeur et que toutes les activités connexes vont avoir un regain ».

Entretien des arbres

Pour l’entretien de ses arbres, le maire de Ouagadougou a noté qu’un appel à la responsabilité citoyenne des entreprises autour de l’avenue Kwamé-N’Krumah a été lancé pour que chaque entreprise prenne en charge les arbres plantés devant son emplacement. « Et nous avons eu l’engagement de la plupart d’entre elles qui vont s’occuper d’arroser ces plantes.
Cet exemple de Kwamé-N’Krumah servira de modèle qui sera dupliquée sur d’autres avenues de la ville de Ouagadougou avec d’autres sociétés et ainsi nous allons participer tous au vivre-ensemble pour être mieux libres ensemble », a conclu Simon Compaoré.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Lefaso.net