JMC 2017 : C’est parti !

98

Les Journées musicales de Carthage se tiennent du 8 au 15 avril 2017 en Tunisie. Pour sa quatrième édition, la manifestation retient la tradition et des innovations pour permettre au public de découvrir des créations de tout bord dans le cadre d’une programmation très diversifiée.

Aux Journées musicales de Carthage, un concours arabo-africain mettra aux prises 12 artistes, dont notamment de huit Tunisiens, deux Marocains, un Egyptien. L’Afrique subsaharienne sera défendue par la Centrafricaine Emma Lamadji.

Chaque artiste dispose d’une heure de temps pour présenter son œuvre devant le jury et le public. A cet effet, les Tunisiens Mahmoud Turki et Nour Harkati et le collectif Aytma ont ouvert la compétition lors de la deuxième journée des musicales au Palais des Congrès de Tunis.

Mahmoud Turki a choisi quelques unes de ses compositions qu’il a montrées dans un spectacle qu’il nomme « Dyslexie ». « Dyslexie » est un nom emprunté à cette maladie qui consiste en un dysfonctionnement du cerveau. Par cette métaphore, Mahmoud dit vouloir montrer que l’artiste tunisien présente une dyslexie avec le public.

Mahmoud lors de son spectacle dyslexie

Avec 7 titres interprétés, Mahmoud Turki amène les personnes présentes dans un univers de Jazz sur des rythmes de ballade aux sons, entre autres, du « Nay », du « Guembri » et de l’ « Oud », des instruments traditionnels de musique tunisiens.

Quant à Nour Harkati, jeune artiste tunisien, il présente son nouvel album de 8 titres en collaboration avec le collectif « Aytma ». « Helwess » qui veut dire « paranoïa » en tunisien, est le titre de cet album. Sa musique qu’il présente de « folk alternative » se montre dès les premiers instants comme un long fleuve tranquille avec des rythmes lents. Puis il interprète «Tarik dhay3» donnant plus de rythmique aux instruments comme pour réveiller le public.

Les JMC, ce sont aussi  les concerts offs programmés dans de grands espaces de la ville et dans 5 autres villes du pays afin de permettre à la population de participer à cette grande fête de la musique.

JMC 2017 : C’est parti !
Nour sur scène

Le groupe charismatique de « N3rdistan » a  ouvert le ballet des concerts populaires au cœur de la mythique Avenue Habib Bourguiba plutôt dans l’après-midi du 9 avril. Après une pluie et sous un ciel toujours gris, ces musiciens venus du Maroc ont réchauffé le public de tout âge qui a effectué le déplacement.

Avec l’interprétation nouvelle de styles maghrébins des années 60 et la maîtrise des instruments joués par le groupe, notamment la flûte peule et la Kora par Benjamin Cucciarra, la voix puissante du jeune chanteur Walid Ben Selim et du « flow » de la seule femme du groupe au chant et aux machines, Widad Brocos malgré son état de grossesse , le public tunisien s’est retrouvé rapidement transporté dans l’univers si particulier de ce groupe marocain pour un concert de folie et une ambiance chaleureuse.

Outre ces programmations, un Méga Concert des JMC, l’innovation majeure de l’édition prévue sera assurée pour cette première par le groupe franco-tunisien de Rock/Métal oriental Myrath, confirmé sur les plus grandes scènes rock du monde, sera de retour à son pays natal pour un grand show. Entre 6000 et 8000 spectateurs sont attendus pour ce concert.

Par ailleurs, d’autres rubriques non moins importantes sont annexées aux JMC. Ce sont, entre autres, le salon des Industries de la Musique avec la présence de 37 exposants et le « speed meeting » qui devrait permettre aux professionnels de la musique de divers horizons d’échanger.

 Les enfants ne sont pas en marge. Une compétition leur est dédiée à travers la vitrine des « enfants créateurs ».

Revelyn SOME

Burkina24

Burkina24.com