Investir en bourse : Une source parallèle de revenus

122

Investir en bourse : Une source parallèle de revenus

Initiation à l’investissement en bourse, comment investir en bourse et comment gérer les risques de cet investissement ? C’est en somme les modules qui ont été dispensés aux participants à cette séance de formation initiée par le Centre africain d’intelligence internationale (CA2i). La bourse peut se définir comme un lieu qui permet aux entreprises et aux Etats de lever des financements pour leurs activités auprès du grand public et d’investisseurs précis. Donc un moyen de faire fructifier son épargne. Selon le formateur Brice Kouao, fondateur de l’Ecole de la bourse en Côte d’Ivoire, depuis des années l’on travaille, on gagne de l’argent mais on ne s’en sort pas, on n’arrive pas à épargner et s’épanouir.

Le salaire non élastique

Investir en bourse : Une source parallèle de revenus
Le formateur Brice Kouao en pleine explication

Cela a une explication. A son entendement, le salaire en lui-même comporte beaucoup de limites à savoir sa garantie, la subordination au temps et sa fixité. Malgré le taux d’inflation le salaire est fixe. Si fait qu’un salaire stable est inefficace dans un environnement à dépenses croissantes. Que faire si ce n’est se tourner vers d’autres sources de revenus. Mais pour investir il faut à en croire l’orateur du jour respecter trois règles : investir dans ce qu’on connait, investir sur ce sur quoi on exerce un contrôle et investir sur des activités qui génèrent un revenu et qui ont un cadre légal pour pouvoir se défendre en cas de besoin.

C’est là qu’intervient l’achat et la vente d’actions (titre de copropriété) ou des obligations (titre de créance). Ces achats ou ventes se font dans le marché primaire lorsque les titres sont émis par l’entreprise qui en fixe le montant. Ou encore sur le marché secondaire qu’est la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) dans l’espace UEMOA (Union économique et monétaire Ouest africaine). Mais pour accéder à ce marché il faut forcement passer par une société d’intermédiation afin de faire les placements selon ses moyens.

Savoir risquer

Investir en bourse : Une source parallèle de revenus
Une vue des participants

Est-ce aussi facile que cela ? « Il faut que les épargnants de l’UEMOA sachent que la notion d’investissement, le concept même comporte des risques. Il y a un risque dans toutes les formes d’investissements (immobilier, entreprenariat). La question c’est plutôt comment gérer le risque ? » a souligné le coach Kouao. Le risque zéro n’existant pas, « ceux qui ne veulent pas de risque n’auront pas de profit ». Il a donc souhaité que tout un chacun se pose les bonnes questions. « Qu’est-ce que je veux ? Est-ce que je veux avoir 3,5% de taux d’intérêt bancaire annuel toute ma vie ? Ou bien je veux avoir 20 ou 40% ? ». « 3,5% c’est bon mais cela ne change pas la vie de quelqu’un », a-t-il conclu.

Investir en bourse : Une source parallèle de revenus
Une photo de famille pour la postérité

Participant à cette formation, Oumarou Sanou, informaticien de son état, n’avait aucune notion en rapport avec la question boursière. Il a pu comprendre que la bourse est un marché de capitaux qui permet aux entreprises et aux Etats de mobiliser de l’épargne pour financer leurs actions de développement. Sceptique au départ, il dispose du nécessaire maintenant pour investir. « Très réticent avant cette formation, je puis affirmer que je suis prêt à investir en bourse car je sais à quels acteurs m’adresser, quels produits boursiers acheter et quels critères utiliser pour ces achats », a-t-il laissé entendre.

Après cette session le Centre africain d’intelligence internationale (CA2i) donne rendez-vous au mois d’aout 2018 pour un autre séminaire sur comment fructifier son épargne en bourse.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Lefaso.net