Informations géospatiales : L’Institut géographique du Burkina ouvre ses portes au public

41
Informations géospatiales : L’Institut géographique du Burkina ouvre ses portes au public

L’Institut géographique du Burkina (IGB) organise ses Journées portes ouvertes (JPO) du 4 au 8 novembre 2019, pour permettre au grand public de découvrir ses missions, ses produits et services. La cérémonie d’ouverture, qui s’est tenue dans les locaux de l’institut à Ouagadougou, a vu la présence de plusieurs partenaires de l’IGB dont l’armée nationale et les ministères des Infrastructures et de l’Habitat.

« Une carte vaut mieux que mille mots », tel est le slogan de l’Institut géographique du Burkina (IGB). En tant que référence en matière d’information géographique pour les pays africains, cet institut, selon son directeur général, Halidou Nagabila, a jugé bon de faire découvrir au public son savoir-faire.


Durant cinq jours, les locaux de l’IGB, situés à Ouagadougou en face de l’ex-Assemblée nationale et à côté de la Direction générale de la police nationale, sont ouverts pour le public. Des stands d’exposition de cartes géographiques, de matériels de travaux de réalisation et des ateliers sont à la disposition des visiteurs. Ces Journées portes ouvertes (JPO) sont organisées sous le thème « Contribution de la géo-information à l’accroissement des recettes publiques et la gestion du foncier en milieu urbain ».

Le mardi 5 novembre 2019, une conférence-débat va se tenir sous le thème « Rôle de l’information géospatiale dans l’amélioration des recettes publiques et la gestion du foncier urbain ».


Contribution de l’IGB

Au cours de la cérémonie d’ouverture, les partenaires de l’IGB ont brandi l’importance de cet institut pour le Burkina Faso en général et pour leur secteur d’activité en particulier.

Selon le directeur de cabinet du ministère de l’Habitat, Claude Kyelem, l’IGB met à la disposition des utilisateurs, depuis 1978, des infrastructures géographiques et cartographiques, indispensables pour la planification et les actions de développement. « Aujourd’hui, en raison des efforts consentis, l’IGB est au premier rang des structures cartographiques du continent africain. De nos jours, l’institut rayonne à l’international particulièrement dans les grandes instances de décision en matière d’information géospatiale », a-t-il déclaré.

Une vue des invités durant la cérémonie d’ouverture

Le directeur de cabinet du ministère des Infrastructures, Siaka Laurent Ganou, pour sa part, a embouché la même trompette. Il a fait savoir que l’IGB s’impose à travers la mise à disposition des données de base pour l’exécution des chantiers du Plan national de développement économique et social (PNDES). « Tous ces chantiers sont conçus et mis en œuvre à partir des exploitations des données géospatiales », a-t-il enrichi.

Le directeur de cabinet du ministère des Infrastructures, Siaka Laurent Ganou (au micro)

En plus de ces deux ministères, l’armée nationale est taxée par l’IGB comme la première consommatrice des données géospatiales. A l’ouverture de ces JPO, le directeur Halidou Nagabila a reconnu que sa structure n’a pas été à la hauteur des attentes des hommes de la défense. « Les demandes insatisfaites de l’armée [nationale] en cartes à plus grande échelle nous indisposent, nous personnel de l’IGB. Car nous savons très profondément ce qui leur manque pour leurs opérations. C’est pour cela que nous avons l’espoir que l’Etat et les partenaires techniques et financiers travailleront main dans la main pour nous mettre à disposition, des ressources nécessaires pour parvenir à la production des cartes à grande échelle », a-t-il confié.

Le directeur général de l’IGB, Halidou Nagabila

Quid de l’IGB ?

Créé en mars 1976, l’IGB est un établissement public à caractère administratif qui a en charge la conception, la mise en œuvre et le suivi de la politique nationale en matière de cartographie. Ses missions sont de deux ordres : une mission d’utilité publique et une mission commerciale.

Remise symbolique de cartes de données géo spatiales à l’armée nationale

Pour sa mission d’utilité publique, l’IGB assure la confection de cartes de base successive du territoire national et leur mise à jour, la gestion et l’extension des réseaux géodésique, gravimétrique et de nivellement, conformément à la politique d’équipement du territoire national en infrastructures de base.

En ce qui concerne la mission commerciale, l’IGB fournit des prestations de service en matière de géomatique (prises de vues aériennes, géodésie, cartographie, base de données à référence spatiale, levées topographiques, travaux GPS, etc.)

Cryspin Masneang Laoundiki

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici