Industrie burkinabè : le Premier ministre s’imprègne des problèmes de la Société de transformation des fruits et légumes de Loumbila

50

Industrie burkinabè : le Premier ministre s’imprègne des problèmes de la Société de transformation des fruits et légumes de Loumbila

La société de transformation des fruits et légumes de Loumbila dont les travaux ont débuté en janvier 2012 et devaient être achevés en décembre 2012 possède un capital de 800 millions. 500 millions sont détenus par l’Etat burkinabè et 300 millions par Crystal Trend Investment Limited, une entreprise privée burkinabè.
Mais cinq ans après le début des travaux, la construction n’est pas encore achevée et l’installation des équipements non plus. C’est donc des locaux inachevés dont le taux d’exécution est estimé à 24% et l’installation des équipements estimée à 70% que le Premier ministre et sa délégation ont visité.

Mais qu’est-ce qui bloque ?

Industrie burkinabè : le Premier ministre s’imprègne des problèmes de la Société de transformation des fruits et légumes de LoumbilaAprès la visite du site de la société, le Premier ministre et sa délégation ont eu des échanges avec les différentes parties prenantes que sont l’actionnaire privé, les producteurs, l’avocat, le commissaire aux comptes, etc.
Dans une présentation faite au Premier ministre par l’administrateur provisoire Issaka Sourwèma, il ressort que les deux premières directrices générales ont porté atteinte au patrimoine de la société. Les dossiers sont d’ailleurs aux mains de la justice et de l’ASCE-LC. A cela s’ajoute les problèmes de créances et de surdimensionnement de la société.

Cependant, selon l’administrateur provisoire, le plus important à ce jour, c’est de travailler à la relance de la société « Pour nous, la préoccupation n’est pas de revenir sur le passé, mais c’est de voir en fonction des missions qui ont été confiées à l’administration provisoire comment faire des propositions au gouvernement pour que l’usine puisse travailler. »

Industrie burkinabè : le Premier ministre s’imprègne des problèmes de la Société de transformation des fruits et légumes de LoumbilaUn avis partagé par le Paul Kaba Thiéba qui dit avoir désormais en sa possession toutes les informations précises, en vue de trouver des solutions aux problèmes que rencontre la société et travailler ainsi à sa relance. Une relance qu’il juge nécessaire et vitale, car « La STFL est le type même d’entreprise qui rentre dans la vision du président Roch Marc Christian Kaboré. Le type d’entreprise qui rentre totalement en phase avec la vision qui sous-tend le plan national de développement économique et social. C’est le type d’entreprise qu’il faut promouvoir au Burkina Faso pour réaliser la transformation structurel de notre économie parce que notre pays est un pays essentiellement agricole. »

S’il ne donne pas de délais pour un démarrage éventuel des activités de la société, il se dit déterminé à relancer cette unité industrielle. Et ce, pour donner du travail aux jeunes et aux producteurs de la région et partant contribuer à l’économie du Burkina Faso.

Justine Bonkoungou (Stagiaire)
Lefaso.net

Lefaso.net