Incendie au marché Théâtre populaire : Après les flammes, des questionnements

126

Un incendie s’est déclenché dans la nuit du vendredi 17 au samedi 18 août 2018 au marché de cycles situé dans le quartier Samandin de Ouagadougou. Ce marché est connu sous le nom Théâtre populaire ou TP. Le feu a été maîtrisé par les sapeurs-pompiers. Mais, selon des témoignages, ces derniers ont rencontré d’énormes difficultés pour éteindre les flammes. Une fois sur les lieux, les langues se délient.

Pendant que certains Ouagavillois profitaient de la fine pluie dans la soirée du 17 août 2018, une fumée s’envolait au-dessus du marché Théâtre populaire. L’alerte est vite lancée. Les commerçants se mobilisent autour du marché.  Il s’agit en réalité d’un incendie déclaré au cœur du célèbre marché de cycles et chaque commerçant voyait midi à sa porte.

L’incendie, dont l’origine n’est pas encore connue, a ravagé une boutique et touché partiellement une autre. Les soldats du feu sont venus à bout des flammes. Mais, le constat reste amer après les feux. Plusieurs dégâts matériels sont signalés. La boutique en question a été consignée et la Gendarmerie a ouvert une enquête.

Une équipe de Burkina24 s’est rendue sur les lieux dans la matinée de ce samedi 18 août 2018. Comme si les tenanciers des échoppes voisines nous attendaient ! La tristesse se lisait sur des visages. Aucun blessé n’a été signalé. Malgré nos tentatives, nous n’avons pas pu rentrer en contact avec le propriétaire du magasin consumé.

« Les six-mètres sont de plus en plus étroits »

Mais, les témoignages ne se font pas attendre, sous couvert d’anonymat. Il nous est vite revenu qu’il s’agit d’une boutique de vente de pièces détachées et équipements pour engins à deux roues. Un commerçant nous informe que c’est à l’aide de tuyaux que les soldats du feu sont venus à bout des flammes afin qu’elles ne se répandent pas sur les autres boutiques.

« Comment vous pouvez comprendre ça ? Il y a incendie, mais lorsque les sapeurs-pompiers sont venus, ils ont eu d’énormes difficultés pour accéder au marché. Regardez vous-mêmes, même deux conducteurs de motos ont du mal à se dépasser entre les rangées. Les six-mètres sont de plus en plus étroits. Avec le développement du commerce, chacun veut agrandir son espace et voilà que les voies se rétrécissent », déplore L.O., un commerçant.

Et à un autre de formuler des doutes sur les « branchements électriques non rassurants » faits dans le marché. « Même dans ma boutique ici, regardez bien ! C’est un quincailler qui a fait les installations. Partout ici, c’est comme ça. Mais, est-ce que c’est bien ? », se demande-t-il. Les commerçants rencontrés espèrent que les résultats des enquêtes ouvertes par la Gendarmerie éclaireront la lanterne de l’opinion sur cet incident.

Noufou KINDO

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Burkina24.com