Hôpital de district de Bogodogo : « Les services médicaux sont fonctionnels », affirme le ministre de la Santé

77

Le ministre de la Santé, Pr Nicolas Méda, s’est rendu, le jeudi 6 avril 2017, à l’hôpital de district de Bogodogo (Ouagadougou). Il a constaté l’effectivité d’un certain nombre de services médicaux.

En réaction à une certaine opinion qui dénonce les coûts exorbitants des soins prodigués à l’hôpital de district de Bogodogo, le ministre de la Santé, Pr Nicolas Méda se veut très clair : «les prix pratiqués ici sont les mêmes que dans l’ancien CMA du secteur n°30. Ils sont plus bas qu’à l’hôpital Yalgado-Ouédraogo». Il l’a affirmé à l’issue d’une visite du nouveau centre hospitalier, le 6 avril 2017. Cette sortie s’est voulue également une action de communication en direction des populations pour leur dire que ce centre de santé est désormais fonctionnel et accueille déjà des malades. Le ministre a effectivement croisé quelques malades dans certains services à l’occasion de sa visite. Des malades qui lui ont répondu que les soins médicaux «n’étaient pas trop chers». Parmi eux, Ramata Sawadogo, présente au service pédiatrique et que nous avons approchée, est satisfaite des soins administrés à sa fille qui souffrait de douleurs abdominales. « Je suis arrivée ici hier soir (mercredi 5 avril, NDLR). Ma fille commence à aller bien et cela me réjouit», nous a-t-elle confié. Des propos qui sonnent en échos à ceux du ministre de la Santé. «Toute la population peut venir désormais ici pour avoir les meilleurs soins possibles», a renchéri ce dernier à l’issue de sa visite. Le premier responsable du département de la Santé a, par ailleurs, déclaré avoir «admiré» le plateau technique dont dispose ce nouvel hôpital, notamment au niveau de l’ophtalmologie. «Il semble, d’après les techniciens, que ce service peut être classé parmi les premiers en termes de qualité de soin pour les yeux en Afrique de l’Ouest. Quant au laboratoire, c’est le top des tops en matière de biologie moléculaire, d’hématologie, de biochimie… j’en rêve déjà. L’hôpital de district de Bogodogo sera, à terme, suréquipé, comparé au CHU Yalgado-Ouédraogo», s’est-il émerveillé. Le directeur des services médicaux et techniques de l’hôpital de district de Bogodogo, Pr Charlemagne Ouédraogo a présenté le nouveau centre de santé comme un Etablissement public de santé (EPS) qui a une envergure universitaire. «C’est-à-dire que presque tous les services ont des professionnels de rang universitaire ainsi que des professionnels de pratique quotidienne des hôpitaux», a-t-il défini. Par rapport au retard enregistré dans l’érection de l’hôpital (NDLR : le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré l’annonçait pour septembre 2016), Pr Ouédraogo a soutenu que le centre sanitaire a été touché par les différents soubresauts sociopolitiques que le pays a connus. Toutefois, a-t-il rassuré, les services médicaux y ont progressivement emménagé, et déjà, les urgences médicales, la pédiatrie, la rhumatologie, la cardiologie et la gynécologie-obstétrique fonctionnent. L’ophtalmologie, elle, serait entièrement équipée et pourrait recevoir les premiers patients dès la semaine prochaine. «Une fois que tous les services seront entièrement fonctionnels, dans les jours à venir, l’hôpital va recevoir les plus hautes autorités pour une ouverture officielle», a-t-il annoncé.

Fabé Mamadou OUATTARA

Bayiri.com