Grèves à répétition : Le gouvernement peut s’en servir, selon Bassolma Bazié

60

Lors de la conférence de presse du Syndicat autonome des agents du trésor du Burkina (SATB), Bassolma Bazié, Secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Burkina (CGT-B), s’est prononcé sur les mouvements de grève au Burkina Faso. Il fait comprendre que le non respect des engagements par le gouvernement fait le lit de ces manifestations. 

Bassolma Bazié, Secrétaire général de la CGT-B, en marge de la conférence de presse du  SATB (membre de la CGT-B), impute les multiples grèves dans les différents ministères au «comportement de nos autorités ». Il se demande s’il n’y a pas une volonté de susciter et entretenir « ces mouvements afin qu’à un moment donné, on puisse les utiliser pour justifier son incapacité ».

Grèves à répétition : Le gouvernement peut s’en servir, selon Bassolma Bazié
La conférence de presse du Syndicat autonome des agents du trésor du Burkina ( SATB)

« Quand on crée une telle condition et l’environnement devient délétère,  qui est responsable ? C’est la question qu’on se pose. Si on signe des engagements et qu’on ne les applique pas,  il y a un problème », a-t-il conclu.

Il déplore par ailleurs le fait que les gouvernants donnent l’impression qu’ils veulent mettre en conflit les travailleurs et les autres composantes de la société.

Bassolma Bazié a pris des exemples sur « le ministre de la fonction publique qui affirmait que l’Etat ne doit  pas admettre qu’une minorité de Burkinabè s’accapare des ressources de l’Etat. C’est créer les conditions pour qu’il y ait une confrontation entre les travailleurs et les autres populations ».

«Tout dernièrement, le directeur du cabinet du président du Faso, disait aussi qu’on ne doit pas réunir toutes les ressources de l’Etat pour payer les agents de l’Etat », a-t-il déploré.

Autant d’éléments qui confortent Bassolma Bazié à croire que les dirigeants cherchent une confrontation  sociale afin de pouvoir justifier leur incapacité au moment du bilan.

Jules César KABORE

lesaffairesbf

Burkina24.com