Grève et marche du 16 septembre 2019 : Une coalition de commerçants appelle à une trêve jusqu’à la victoire des FDS

28
Grève et marche du 16 septembre 2019 : Une coalition de commerçants appelle à une trêve jusqu’à la victoire des FDS

Des syndicats et organisations de la société civile appellent à une mobilisation sociale sur toute l’étendue du territoire national à travers une grève de 24 heures et une marche de protestation le 16 septembre 2019. Prenant prétexte de la situation sécuritaire du pays, la Coordination des associations professionnelles et syndicats de l’économie informelle pour une paix sociale au Burkina a, au cours d’une conférence de presse animée ce mercredi, 11 septembre 2019 à Ouagadougou, lancé un appel à ses membres à se démarquer de ces « actions de revendications ».

« La coordination appelle tous les commerçants en général et tous les acteurs du secteur informel en particulier à se démarquer de toute action visant à soutenir ces différentes manifestations des organisations syndicales du secteur public. Nous jugeons ces manifestations inappropriées, au regard de la situation difficile que traverse le Burkina Faso », lit-on dans la déclaration liminaire.

Pour Mamadou Kouama, un des porte-parole de la Coordination des associations professionnelles et syndicats de l’économie informelle pour une paix sociale au Burkina, la situation sécuritaire que traverse le pays requiert plutôt une fédération des énergies pour regarder dans la même direction.

« Quand la pluie vous bat, vous ne devez pas vous battre entre vous », lance Saïdou Zangré, un des responsables de la coordination, pour montrer la nécessité de ne pas disperser les forces.


Selon les conférenciers, il ne s’agit nullement d’un déni du droit de grève et de revendications, mais plutôt de savoir marquer une pause pour sauver la maison commune qui menace de céder. « On ne dit pas de ne pas grever et revendiquer, c’est un droit. On n’a pas dit non plus que ce qu’ils revendiquent n’est pas juste. Mais le problème, c’est la période. Les revendications ne valent que lorsqu’on vit. (…). On a qu’à éteindre d’abord le feu et après, on verra ce qu’il y a lieu de faire », invite M. Zangré.


C’est forte de cela que la coordination appelle les « organisations sœurs » du secteur public à observer une trêve syndicale avec le gouvernement, au moins jusqu’à la victoire des Forces de défense et de sécurité (FDS) sur les forces terroristes.


« Nous n’avons qu’un seul Burkina Faso et le bon sens voudrait que nous nous battions tous pour sa prospérité et pour une paix durable », ont soutenu les responsables de la coordination qui ont en outre marqué une pensée aux victimes des attaques et souhaité un prompt rétablissement aux blessés. Ils ont aussi invité les travailleurs et les Burkinabè à être solidaires des populations déplacées internes.


Les conférenciers, qui disent être affiliés à des centrales syndicales membres de l’UAS (Unité d’action syndicale), ont également confié que le nombre d’associations sous la casquette de la coordination est estimé à plusieurs centaines, représentées sur toute l’étendue du territoire national. Selon le porte-parole, ils sont plus de 200 responsables d’associations membres de la coordination à assister à la conférence de presse du jour.

OHL

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici