Gouvernement/Syndicats : L’UAS “réaffirme sa disponibilité au dialogue”

45

Dans cette déclaration, l’Union d’action syndicale (UAS) se prononce sur sa disponibilité à renouer le dialogue.

Le mardi 21 mai 2019, s’est ouverte dans la salle du dialogue social du ministère de la fonction publique du travail et de la protection sociale, la rencontre annuelle Gouvernement/Syndicats au titre de l’année 2017.

Faut-il le rappeler, depuis 2017, le gouvernement n’a pas daigné convoquer cette rencontre qui se veut annuelle, ce qui a amené l’UAS à s’abstenir de déposer encore des cahiers de doléances en 2018 et en 2019. Le manque de considération vis-à-vis du monde syndical est illustré par bien d’autres faits comme les demandes d’audience sans suite, des retards assez longs dans l’entame des rencontres, des reports sans explication comme ce fut le cas de la rencontre du jour initialement prévue pour le 20 mai. A tout cela, il convient d’ajouter la non mise en œuvre des engagements pris avec les syndicats. A preuve, de vieux dossiers comme le check off, les permanents syndicaux, la signature de l’arrêté portant tarifs de transport pour les agents publics affectés, la signature de l’arrêté portant coupure pour fait de grève, la finalisation de la relecture de la loi 028 portant Code du Travail, la loi 033, le règlement des dossiers sociaux, etc., reviennent régulièrement dans les cahiers de doléances, même après avoir fait l’objet d’engagements de la part du gouvernement.

Parmi ces préoccupations ayant fait l’objet d’engagements de la part du gouvernement, figure la question de l’IUTS sur les primes et indemnités précomptés chez les travailleurs du privé, des établissements publics et parapublics de l’Etat que l’UAS a posée comme préalable à l’ouverture de la rencontre Gouvernement/Syndicats.

Déjà en 2017, face aux tergiversations du gouvernement, l’UAS avait posé comme préalable à la poursuite des négociations, une réponse satisfaisante du gouvernement à la question de l’IUTS sur les primes et indemnités servies aux travailleurs du privé et des établissements publics et parapublics de l’Etat. 

La réponse du premier ministre à cette préoccupation a été défavorable, ce qui a conduit l’UAS à quitter la table de négociation en précisant qu’elle reste disposée à y revenir quand le gouvernement sera prêt à traiter la question dans le respect des partenaires sociaux. Ce retrait des organisations syndicales vise à interpeller le gouvernement sur la nécessité de vider le dossier des engagements pris depuis des années par le gouvernement et qui ne sont pas mis en œuvre.

Suite à ce retrait, le gouvernement a, en date du 22 mai, produit un communiqué dans lequel il annonce que « les services techniques ont finalisé les études qui doivent servir de base à la discussion sur la question ».

Faut-il le rappeler, ce que l’UAS demande, ce n’est pas la suppression de l’IUTS en général mais de celui qui frappe les primes et indemnités des travailleurs du privé, des établissements publics et parapublics de l’Etat. Et au lieu de répondre à cette préoccupation, le gouvernement a choisi unilatéralement d’étendre l’application de l’IUTS aux primes et indemnités des travailleurs du public, toute chose contraire à l’esprit d’un dialogue sincère véritable.

Prenant acte de l’annonce faite par le gouvernement dans son communiqué selon laquelle « le préalable soulevé par la partie syndicale à propos de l’impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) trouvera incontestablement une solution à l’issue des concertations autour des conclusions du comité bipartite qui devrait être mis en place conformément aux précédents engagements », l’UAS réaffirme sa disponibilité au dialogue. Il revient au gouvernement de donner suite à l’affirmation qu’il a faite selon laquelle « le gouvernement ne ménagera aucun effort pour obtenir de la partie syndicale un retour à la table de négociation afin que par un dialogue fructueux, un compromis bénéfique soit trouvé, dans le sens d’une justice sociale dans notre pays ».

Pour les centrales syndicales

Le Président de mois

Yamba Georges KOANDA

Secrétaire Général /USTB

Pour les syndicats autonomes

Le Président de mois

Pascal OUEDRAOGO

Secrétaire Général /SAIB

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici