Gouvernance économique décentralisée : Un projet pour responsabiliser davantage les communautés locales

58

Gouvernance économique décentralisée : Un projet pour responsabiliser davantage les communautés locales

« Déléguer et responsabiliser les communautés de base à la recherche de solutions dans les affaires locales ». Voilà l’intérêt de ce nouveau projet d’Appui à la gouvernance économique dans sept collectivités territoriales du Burkina Faso (AGECol) dont le lancement officiel est intervenu ce vendredi 5 octobre 2018 à Ouagadougou. Selon le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Siméon Sawadogo, président de la cérémonie de lancement, la décentralisation implique non seulement un transfert de compétences, mais aussi de ressources. Et à cet effet, « il faut reconnaître que la gestion rationnelle de ces ressources est un impératif.

En adoptant en mars dernier les nouveaux référentiels de la décentralisation, le gouvernement entend donner une plus grande vitalité aux collectivités territoriales dans le rôle de promotion du développement économique », a-t-il affirmé. Avant de préciser qu’il n’y a pas de développement économique sans un environnement politique assaini et transparent.

Gouvernance économique décentralisée : Un projet pour responsabiliser davantage les communautés locales
Les participants au lancement du projet d’appui à la gouvernance économique dans 7 collectivités territoriales du BF

C’est donc avec intérêt que le gouvernement suit l’évolution de ce projet. C’est pourquoi il pense que les collectivités territoriales doivent résolument s’investir dans la mobilisation des ressources financières publiques et privées, observer la transparence dans la gestion, s’assurer de la participation de la population et respecter les règles de passation des marchés. Siméon Sawadogo a aussi exhorté les élus locaux, associations ou simples citoyens à faire de la gouvernance économique et financière, l’épine dorsale de leur engagement.
Pour terminer, il a encouragé le Laboratoire citoyennetés et ses partenaires à poursuivre avec assiduité le travail d’éducation et de formation à la citoyenneté qui porte déjà ses fruits aux niveaux national et sous-régional.

Gouvernance économique décentralisée : Un projet pour responsabiliser davantage les communautés locales
Une photo de famille pour marquer le lancement officiel du projet d’appui à la gouvernance économique dans 7 collectivités territoriales du BF

Quant au président du Laboratoire citoyennetés, Antoine Sawadogo, il pense que l’AGECol s’inscrit dans une dynamique de suivi des politiques publiques locales, notamment en lien avec l’offre de service et la réalisation d’investissements par les collectivités territoriales. Et pour ce faire, dit-il, « le Laboratoire citoyennetés est convaincu qu’à travers l’amélioration des pratiques de gouvernance plus transparentes et participatives, les collectivités décentralisées pourront non seulement mobiliser plus de ressources publiques et privées mais aussi asseoir une meilleure planification et de gestion de ces ressources ».
Ce qui permettra d’accompagner les élus locaux et l’ensemble des acteurs de développement à s’engager durablement dans les efforts de gouvernance. Une action qui va se développer sur trois axes que sont le renforcement des relations de citoyenneté au niveau des collectivités partenaires, un plaidoyer aux échelles locales et nationales et un suivi de capitalisation et de diffusion des résultats engrangés.

Le représentant de l’Union européenne, Antonio Camacho, a indiqué qu’en plus du soutien financier au projet, il y aura également l’accompagnement du processus de sa mise en place et le renforcement des capacités des collectivités territoriales ainsi que l’augmentation de l’implication des citoyens concernés. « Et nous espérons que ce projet pourra donner une bonne ligne d’actions et de travail qui permettra d’étendre ses conclusions à l’ensemble des collectivités territoriales du pays », a-t-il souhaité.

AGECol est un projet qui sera mis en œuvre dans trois communes rurales (Thiou, Kordié et Oury) ; trois communes urbaines (Titao, Réo et Boromo) et dans le Conseil régional du Nord. Le projet est financé par l’Union européenne à hauteur de 336 000 euros, soit plus de 200 millions de francs CFA sur une durée de 36 mois.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Lefaso.net