Gouvernance de l’internet : Pari gagné pour la formation des formateurs session 2019

203
Gouvernance de l’internet : Pari gagné pour la formation des formateurs session 2019

La 5e édition de la Formation des formateurs de la gouvernance de l’internet et de système d’information (FFGI) s’est achevée ce 30 août 2019 à Ouagadougou. Cette initiative de l’association « Initiative TIC et citoyenneté » a permis de renforcer les capacités des participants venus d’une douzaine de pays africains, sur les pratiques dans le domaine du digital.

Au terme de cinq jours de travaux, les participants à la 5e édition de la Formation des formateurs de la gouvernance de l’internet et de système d’information (FFGI) ont reçu leurs parchemins. Les travaux se sont déroulés essentiellement autour de l’histoire de l’écosystème de l’Internet, de ses instructions spécialisées, de sa gouvernance mondiale, de l’intelligence numérique et économique. Avec à l’appui des échanges sur les nouvelles menaces sur Internet, les projets d’innovation numérique.

Le présidium à la clôture des travaux de la 5e édition

Le pari a été gagné, selon Tontama Charles Millogo, directeur général de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), et parrain de cette édition. Il a réaffirmé sa disponibilité à appuyer et à participer davantage au processus d’organisation de ces cadres de formation. Pour le directeur général de l’ARCEP, la gouvernance de l’Internet requiert une bonne collaboration de toutes les parties prenantes pour le développement d’un écosystème dynamique et sécurisé. Et cette 5e édition a été un cadre d’échanges et de partage d’expériences sur les meilleures pratiques.

Capitaliser les expériences

« Ce qui est au finish recherché, c’est de pouvoir disposer, dans chacun des Etats, d’une masse critique d’experts dans le domaine de la gouvernance de l’Internet quand on sait que tout se joue à ce niveau », a rappelé Tontama Charles Millogo, directeur général de l’ARCEP à ses filleuls. D’où l’appel lancé à capitaliser ces expériences et ces connaissances acquises auprès des experts internationaux et à les répliquer dans leurs pays respectifs.

Rahimata Damasheshi, participante du Benin

Aussi, l’un des grands points de ce rendez-vous du donner et du recevoir a été la proposition de projets. En attendant de les mûrir dans leurs pays d’origine, les participants disent avoir déjà tiré leur épingle du jeu. Rahimata Damasheshi, juriste en droit des affaires, venue du Bénin, a pu étendre ses réflexions sur les aspects juridiques de la gouvernance de l’Internet à travers « le grand réseau qui rassemble toutes les communications et connaissances qu’on avait l’habitude de recevoir ». En attendant, Moussa Tamboura, participant du Mali, repart avec une meilleure connaissance des aspects de l’impact aussi positif que négatif d’Internet sur nos vécus.

Mariam Ouédraogo

Lefaso.net }

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici