Gawlo : « Macron est venu nous trouver sur la route du dividende démographique »

38

En marge du 4e Rebranding Africa Forum (RAF), le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) a organisé deux sessions avec les journalistes et des jeunes pour accélérer la démarche vers la capture du dividende démographique en Afrique.

Journalistes, représentants de jeunes, ambassadeurs, parlementaires et ministres ont été réunis à Bruxelles par l’UNFPA, ce 5 octobre 2017. C’est en marge du RAF qui démarre ce  vendredi et les débats ont analysé les progrès et les perspectives pour « investir dans la jeunesse pour exploiter le dividende démographique en Afrique ». Ils ont été suivis en vidéo-conférence par plusieurs jeunes de l’Afrique, notamment du Burkina Faso et du Tchad. 

La première session a rassemblé les journalistes et communicateurs venus de plusieurs pays de l’Afrique dans la perspective de la mise en place d’un réseau dont les énergies seront tournées vers la capture du dividende.

La seconde session a réuni des jeunes et des parlementaires pour partager les connaissances sur la feuille de route de l’Union africaine, l’évaluation de ses besoins, le rôle du secteur privé dans la mise en œuvre de cette feuille et les mécanismes d’extension et de réalisation du projet Autonomisation des femmes et dividende démographique (SWEDD).

Au cours de ces deux rencontres, les discussions ont parlé de la compréhension de la notion du dividende, sa définition et qu’est-ce qu’elle ne renferme pas. La palme de la meilleure définition a été donnée à celle du RAF :

« Le dividende démographique s’entend des avantages économiques susceptibles de résulter d’une phase de la transition démographique durant laquelle l’évolution numérique des différentes classes d’âge conduit à maximiser la proportion des actifs (15-64 ans), source de richesse, et à minimiser concomitamment celle des inactifs source de dépenses (moins de 15 ans et dans certaines circonstances plus de 64 ans).

 

 Cette situation ouvre une fenêtre d’opportunité démographique, en raison de la diminution des dépenses en faveur des personnes dépendantes, et permet ainsi de dégager des moyens susceptibles de financer des politiques de développement.

Mais ce bonus démographique ne constitue pas encore un dividende démographique dont la réalisation dépend des investissements stratégiques (massifs et durables) dans quatre domaines clés.

  1. Le planning familial, en vue d’une baisse rapide de la fécondité (nombre d’enfants par femme), cette baisse étant la condition primordiale et indispensable de la transition démographique susceptible de conduire à un dividende ;

  2. la santé ;

  3. l’éducation (la formation) ;

  4. des politiques économiques créatrices d’emplois, et une gouvernance appropriée à même d’attirer le maximum d’investisseurs »

Quant à ce qu’elle ne renferme pas, Mabengue Ngom, le directeur régional Afrique de l’ouest et centrale de l’UNFPA, a répété à l’envi qu’il ne fallait pas la limiter à l’espacement des naissances ou à l’emploi. Car pour lui, il s’agit d’un « package ».

Dividende démographique ne signifie pas non plus une volonté d’empêcher les femmes africaines d’avoir des enfants. Mais Mabengue Ngom estime qu’il faut avoir le courage de se l’avouer : « Tant que les femmes vont continuer à avoir 8 ou 9 enfants, vous ne pourrez pas avoir un bon système éducatif».

Il est urgent, à son sens, de réguler le poids de la démographie pour maîtriser la formation des enfants qui naîtront, assurer leur emploi quand ils grandiront afin qu’ils puissent contribuer à une croissance partagée dans une Afrique où l’accès aux soins de santé et au bien-être ne relèvera plus d’un luxe.

Natalia Kanem, la nouvelle directrice exécutive de l’UNFPA, qui participait ainsi à son premier évènement officiel, est convaincue que c’est « la clé » du développement du continent.

Lors de la session avec les journalistes, le débat sur les propos du président français concernant le dividende démographique est revenu sur le tapis. Pour Mabengué Diom, il ne faut ne pas « perdre du temps » à  faire des « commentaires sur un commentaire ». Il faudra plutôt passer aux actes, car, comme l’a rappelé l’artiste et chef d’entreprise sénégalaise, Coumba Gawlo, « Macron est venu nous trouver sur le chemin du dividende démographique ».

Abdou ZOURE

Burkina24


Photo : UNFPA

Burkina24.com