Gaoua : « La Nuit des conteurs », pour renouer avec les traditions ancestrales

96
Gaoua : « La Nuit  des conteurs », pour renouer avec les traditions ancestrales

Il s’est tenu, ce samedi 13 juillet 2019 à la Place de la nation de Gaoua, la première édition du festival de contes. Placé sous le thème « Culture et cohésion sociale : socle d’un développement durable », ce festival a été parrainé par Sansan Youl, ex-maire de la commune de Gaoua, et a connu la participation du premier responsable de la région, le gouverneur Tagseba Nitiema.

Les contes constituent une littérature orale servant à transmettre les valeurs de la société dans laquelle ils sont racontés. Ils nous éduquent et nous enseignent. De nos jours, les contes dans nos sociétés tendent à disparaître, d’où la méconnaissance de la jeune génération. Pour le promoteur du festival de contes, Boukary Kinda, « c’est une valeur qui est en train de disparaître, mais qu’il faut nécessairement promouvoir. Le vivre-ensemble a pris un coup, et ma vision est de contribuer à la paix, à la cohésion sociale et à l’intégration des différentes communautés à travers ce festival ».


Sept conteurs ont pris part à ce festival. Ils ont présenté des contes en langues lobiri, birifor et dagara. Plusieurs thèmes ont été abordés par les conteurs. Il s’agit entre autres du vivre-ensemble, de l’entraide, du respect d’autrui.

Et après audition des contes, c’est Yelli Somé qui a été désignée grande gagnante de la Nuit des conteurs. Elle a présenté un conte qui avait pour morale le respect des mères. En plus des gadgets, elle empoche la somme de 25 000 F CFA.


Le parrain Sansan Youl a loué l’initiative. « Valoriser notre culture est une chose capitale. C’est à travers les contes qu’on éduque les jeunes, et les leçons tirées à la fin servent de morale. La jeune génération doit s’intéresser aux contes qui ont une valeur éducative », a-t-il dit.


Le gouverneur du Sud-Ouest, Tagseba Nitiema, a aussi salué la tenue du festival. Pour lui, « à travers les contes, on peut partager des moments de joie de vivre-ensemble tout en cultivant la paix, la cohésion sociale et sensibiliser sur certains maux de notre société ».

Boubacar Tarnagda

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici