Fusillade en Californie: au moins 12 morts, dont le tireur

32

Un homme armé a ouvert le feu mercredi soir dans un bar de musique country bondé du sud de la Californie, où se tenait une fête d’étudiants.
Les armes à feu continuent de faire des ravages outre-Atlantique. Cette fois, l’attaque a eu lieu dans bar de musique country, le Borderline Bar and Grill, dans la localité de Thousand Oaks, une banlieue résidentielle de Los Angeles, où se tenait une fête d’étudiants. Au moins 12 personnes ont été tuées et d’autres blessées par un homme armé, qui a ouvert le feu mercredi soir.

Selon le shérif du comté de Ventura, Geoff Dean, 11 personnes se trouvant dans le bar ont été tuées, dont un policier intervenant sur les lieux. Le tireur est également mort, a-t-il ajouté lors d’une conférence, précisant qu’il ne le comptabilisait pas parmi les victimes. Au moins 200 personnes se trouvaient à l’intérieur de l’établissement, selon un responsable de la police locale, cité par ABC.

« Les pompiers et les premiers intervenants sont arrivés à l’endroit où une fusillade a été signalée » avec « plusieurs blessés », a indiqué le service incendie du comté de Ventura dans un tweet. Des opérations de « sécurisation » du site sont en cours. Selon le Los Angeles Times, citant un responsable des services de sécurité, au moins 30 coups de feu ont été tirés. En plus des pompiers et des secouristes, le FBI a été déployé sur place.

« Il a beaucoup tiré, au moins une trentaine de fois »

Un témoin non identifié, cité par le quotidien, a indiqué qu’un homme était entré dans le bar vers 23 h 30 et avait commencé à tirer avec un « pistolet noir ». « Il a beaucoup tiré, au moins une trentaine de fois, j’entendais encore des coups de feu alors que tout le monde avait quitté le bar », a ajouté ce témoin cité par le LA Times.

« J’étais à l’entrée et je parlais avec mon beau-père. J’ai commencé à entendre des gros pop. Pop, pop, pop. Il y en a probablement eu trois ou quatre, je me suis couché au sol, raconte un témoin de la scène à la chaîne ABC. Quand j’ai relevé la tête, l’agent de sécurité était mort. Enfin, je ne veux pas affirmer qu’il était mort, mais il était touché. Il était par terre. »

Le bureau du shérif indique sur Twitter qu’un numéro de téléphone d’urgence pour aider les riverains a été mis en place. Pour l’heure, le tireur n’a pas été identifié.

CamerounWeb.com