France : Emmanuel Macron veut interdire les téléphones portables à l’école

50

Le nouveau Président de la République française, Emmanuel Macron, durant sa campagne, avait dévoilé ses mesures pour le numérique. Le Président français veut, entre autres, garantir la préservation des données personnelles de tous les Européens et aussi couvrir l’ensemble du territoire en très haut débit. Il souhaite également que les démarches administratives puissent se faire en ligne et que les téléphones portables soient interdits à l’école.

Un marché unique du numérique au niveau européen

« Nous agirons pour un marché unique du numérique en Europe, qui permettra aux entreprises innovantes de disposer des mêmes règles partout dans l’Union européenne », a-t-il dit selon nos confrères de « PhonAndroid ».

L’idée est de propulser les start-ups du numérique grâce d’abord à une enveloppe de 5 milliards d’euros. Mais il ne s’agira pas que de financement. Emmanuel Macron souhaiterait également parier sur les hommes et les femmes des petites et moyennes entreprises.

Données personnelles : Plus de transparence

Le désormais Président français avait annoncé qu’il souhaite « développer les instruments d’une transparence sur l’usage des données privées par les acteurs du numérique ». Il promet que « chacun pourra savoir ce que deviennent les données qu’il produit en utilisant telle ou telle plateforme ».

« Nous renégocierons avec les Etats-Unis le Privacy Shield, le cadre de protection des données, d’ici 2018, afin de garantir réellement la préservation des données personnelles de tous les Européens », foi d’Emmanuel Macron.

Une stratégie nationale pour l’intelligence artificielle

Selon lui, l’intelligence artificielle « va avoir de profonds impacts sur une série de secteurs ». Il souhaite alors créer un « fond pour l’industrie et l’innovation ». Il serait doté de 10 milliards d’euros financés par les actions provenant des parts de l’Etat dans des entreprises.

Aussi, souhaite-il adopter « un cadre fiscal qui encourage l’investissement dans l’innovation ». Concrètement, il voudrait instaurer « un prélèvement forfaitaire unique sur l’ensemble des revenus tirés du capital mobilier » et « remplacer l’ISF par un impôt sur la fortune immobilière ».

Démarches administratives 100% en ligne

Concernant la digitalisation des démarches administratives, d’ici à 2022, le Président français souhaite que toutes les démarches administratives puissent être faites en ligne à l’exception de la délivrance de documents d’identités officiels.

Par exemple il sera possible, selon lui, de « faire une demande de procuration électorale sans se rendre au commissariat ».

« Il s’agira d’un service public numérique de la justice, avec portail unique d’accès. Les citoyens et leurs avocats y trouveront toutes les informations pratiques et la jurisprudence applicable à leur cas. Ils pourront se pourvoir en justice depuis leur ordinateur, transmettre une requête, des pièces, ou suivre leur dossier depuis leur smartphone », avait expliqué Emmanuel Macron.

Doter toutes les zones blanches de la 4G…

L’objectif de ce programme s’avère simple, selon plusieurs observateurs. Il s’agit de couvrir l’ensemble du territoire en très haut débit d’ici la fin de son quinquennat. Et le nouveau Président français compte bien mettre la pression sur les opérateurs Télécoms.

Pour « ne laisser aucun territoire à la traîne dans la transition numérique », Emmanuel Macron compte exiger des opérateurs qu’ils dotent toutes les zones blanches de la 4G. Cela impliquerait de doubler le nombre d’antennes.

Pour leur donner un coup de pouce, le nouveau Président promet d’accompagner Orange, SFR, Free et Bouygues Telecom dans ce processus. Il proposera « des conditions économiques favorables sur les redevances d’utilisation des fréquences hertziennes ».

Interdiction des téléphones portables à l’école

C’était l’une des annonces choc d’Emmanuel Macron. Lors de sa campagne, l’ancien candidat avait annoncé qu’il souhaitait interdire les téléphones portables dans les écoles primaires et les collèges. Pour l’heure, ils sont interdits lors des examens, mais pas durant les cours.

Cependant, le Code de l’éducation en France, suite à la loi du 12 juillet 2010, interdit déjà aux élèves « d’utiliser un téléphone mobile dans les écoles maternelles, élémentaires et les collèges ».

Déjà en fin 2009, 75% des ados de 12 à 17 ans arrivaient en cours avec leur téléphone et 50% disaient l’avoir déjà utilisé en classe, selon une étude de TNS-Sofres. Aujourd’hui, ces chiffres devraient être encore plus parlants.

Synthèse de Noufou KINDO

Burkina 24

Burkina24.com