Forum sur la rémunération des agents publics : « Cette conférence n’a aucun sens dans le format actuel », selon le CFOP

78

Forum sur la rémunération des agents publics : « Cette conférence n’a aucun sens dans le format actuel », selon le CFOP

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), parti au pouvoir, a été longuement indexé par le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF) au cours de ce point de presse. « Depuis l’avènement du pouvoir MPP à la destinée de notre pays, les mouvements sociaux sont légion et inquiètent de plus en plus », a constaté le président du Mouvement panafricain du Faso (MPF), Achille Rawa Ouédraogo.

Selon le CFOP, le président du Faso, alors candidat du MPP, a fondé sa campagne sur « sa prétendue expérience auprès du président Compaoré » et a déclaré à qui voulait l’entendre que « Roch était la solution ».
Mais au lendemain des élections, les représentants des corporations des syndicats et les magistrats ont été les premiers à monter au créneau, a rappelé Achille Rawa Ouédraogo. Et d’ajouter que par la suite, « nous assistons à une succession de mouvements sonnant comme un juste et légitime rappel des engagements pris ».

Ainsi, l’opposition politique burkinabè a déclaré que « face à ce que l’on peut appeler des revendications justes et légitimes (même si l’opposition déplore les conséquences sur le peuple burkinabè), le pouvoir du MPP a fini par montrer son incapacité expérimentale ! ».

En ce qui concerne la gestion de la grogne sociale, l’oppose affirme que le MPP se contente « de déplacer le débat de fond et d’utiliser des arguments qui frisent avec l’ignominie ».

Forum national sur la remise à plat des salaires

Pour l’opposition politique, le format de la remise à plat du système de traitement des agents publics proposé par le gouvernement pose problème. « Il s’agit avant tout d’une question entre l’État, employeur, et ses employés. Que viennent faire là les prétendues forces vives de la nation ? Pourquoi ces forces, qui n’étaient pas associées au recrutement des agents de la Fonction publique, le sont maintenant au moment de la discussion sur les réformes portant sur leur rémunération ? », s’est interrogé Achille Rawa Ouédraogo.

Et de répondre que « le gouvernement fait du populisme et cherche à noyer les choses. Il invite des éléments extérieurs pour se fabriquer une majorité dans des débats ». « Cette conférence n’a aucun sens dans le format actuel. Elle doit être une discussion entre l’Etat et les syndicats », martèle-t-il.

De la sanction des magistrats

Au cours de ce point de presse, le CFOP est revenu sur le communiqué du Conseil de discipline des magistrats informant les Burkinabè des conclusions des quatre sessions qu’il a tenues cette année. Un communiqué dans lequel, l’on a appris quelques mesures de disciplines à l’encontre de certains magistrats.

« L’opposition politique burkinabè note que c’est une première, depuis des années, que de telles sanctions sont prises à l’encontre de magistrats ayant enfreint à l’éthique et à la déontologie du corps. Tout en se gardant des débats techniques y relatifs, l’opposition politique encourage ce genres d’initiatives, en ce qu’elles contribuent à restaurer la crédibilité du monde judiciaire. C’est un signal fort, attendu depuis longtemps », a indiqué le président du Rassemblement des écologistes du Burkina (RDEBF), Adama Séré.

Crise à l’arrondissement N°3 de Ouagadougou

Forum sur la rémunération des agents publics : « Cette conférence n’a aucun sens dans le format actuel », selon le CFOP
Président RDEBF, Adama Séré

L’on se rappelle encore des tensions au sein de l’arrondissement N°3 de Ouagadougou, qui est sous la houlette de madame le maire Rainatou Ouédraogo du parti Union pour le progrès et le changement (UPC).

Selon Adama Séré, le maire de la ville de Ouagadougou, Armand Béouindé, issu du MPP, est celui qui attise la flamme à l’arrondissement 3. Pour lui, pendant que les adjoints au maire boycottent toutes les activités de l’arrondissement depuis plus d’une année, Armand Béouindé a déposé des plaintes contre tous les adjoints aux maires d’opposition qui sont venus appuyer Rainatou Ouédraogo dans la célébration des mariages.

En effet, Rainatou Ouédraogo a écrit à ses deux adjoints pour leur proposer un programme de célébration de mariages mais ces derniers ont déclaré ne plus être sous son autorité, a fait savoir Adama Séré. Et de confier que « le weekend dernier, alors que madame le maire était sous perfusion, elle a dû interrompre ses soins pour venir célébrer des mariages à la maire ».

Sur les propos de Me Sankara

Lors du dernier point de presse de la majorité, le président de l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS), Me Bénéwendé Stanislas Sankara, aurait tenu des propos qui semblent jusqu’à présent indigestes pour le CFOP. « Me Sankara a tenu des propos discourtois à l’encontre de l’opposition en la qualifiant de pleurnicharde, parce qu’elle se plaindrait toujours, et d’inculte parce que selon lui, elle ne connaît pas les textes de l’Assemblée (nationale).
Pire, cette opposition, au dire de Me Sankara, manque de cap et ne sait faire que des conférences de presse », a souligné Adama Séré.

L’opposition a profité de cette occasion pour chambrer le président de l’UNIR/PS, par ailleurs premier vice-président de l’Assemblée nationale. « A peine appelé à la soupe par le MPP, Me Sankara fait montre d’un zèle de nouveau converti. Et il endosse l’arrogance des parvenus », a affirmé Adama Séré.

En ce qui concerne le « manque de cap », le CFOP ne s’en remet toujours pas. « Quel cap a-t-il pu donner à l’opposition du temps où il était chef de file ? Et quel cap a-t-il pu donner à son parti qu’il préside depuis bientôt 20 ans et qui vient pratiquement de perdre encore la moitié de ses quatre députés ? Si Me Sankara sait fixer des caps, qu’il commence à en fixer à son propre parti, qui en a grandement besoin, au lieu de s’occuper du cap de l’opposition », a conclu Adama Séré.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Lefaso.net