Formation : L’Ecole privée de santé Sainte Julie met sur le marché de l’emploi 217 agents

37
Formation : L’Ecole privée de santé Sainte Julie met sur le marché de l’emploi 217 agents

L’Ecole privée de santé Sainte Julie de Ouagadougou a livré sa cuvée 2016-2019. Composée d’agents itinérants de santé et d’hygiène communautaire, d’infirmiers diplômés d’Etat et de sages-femmes, la promotion a prêté serment ce 9 novembre 2019. La cérémonie a également consacré la remise des attestations et leur sortie officielle.

La promotion 2016-2019 de l’Ecole privée de santé Sainte Julie, en fin de formation, a pour nom de baptême « Vocation ». Ce sont 47 sages-femmes sur un effectif de 54 ; 24 agents itinérants de santé et d’hygiène communautaire sur 41 au départ et 147 infirmiers/ères diplômés d’Etat sur 160 candidats. Cette sortie marque la fin de formation de la deuxième promotion de sages-femmes et d’infirmiers diplômés d’Etat et de la troisième promotion des agents itinérants de santé et d’hygiène communautaire.

Ils ont tous répondu en chœur « Je le jure » au serment d’utiliser leurs connaissances pour soulager la souffrance de tous ceux qui leur seront confiés. Et également de les utiliser pour promouvoir la santé et de s’abstenir de tout acte, tout propos ou tout conseil susceptible d’abréger la vie et de rester dignes, intègres et disciplinés dans l’exercice de leurs fonctions tout en gardant le secret professionnel.


C’est une promotion qui a eu un bon taux de succès et des moyennes appréciables, se félicite le directeur général de l’école, Samuel Kéré. Avec comme nom de baptême « Vocation », ces impétrants tiennent à exprimer leur engagement pour le corps de la santé, a-t-il poursuivi. En effet, il a fait remarquer que dans la recherche de l’emploi, ce n’est pas tout ce qu’on prend comme emploi qu’on a vraiment envie de faire.


Et au Baloum naba de Kamboinssin, représentant le Mogho naba Baongo, parrain de ladite promotion, de formuler ses bénédictions à l’endroit des nouveaux agents de santé. Si pour l’émissaire de sa majesté, la considération pour le secteur de l’éducation a prévalu à l’accompagnement d’une telle activité, « nous avons tous besoin des services de santé quel que soit notre rang social », a-t-il renchéri.

Cette promotion a vu le sacre de Moumouni Maroufatou avec une moyenne de 15,94/20. Cette nouvelle infirmière diplômée d’Etat, de nationalité étrangère, estime être parvenue à cette consécration grâce aux conseils et aux encouragements de la famille et du personnel administratif de l’école.


En attendant l’insertion de ces nouveaux agents de santé, la direction de l’établissement confie mettre en place un dispositif d’insertion de ses étudiants. « Après la sortie, nous continuons la formation pour le test d’intégration et nous recrutons nous -même du personnel pour les différents besoins de nos services. Nous travaillons avec d’autres services pour pouvoir trouver de l’emploi pour nos étudiants », a expliqué Samuel Kéré.


Mariam Ouédraogo

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici