Forêt de Kua : L’avis du Groupe de recherche Action du Burkina sur la Gouvernance Forestière

54

Le Groupe de recherche Action du Burkina sur la Gouvernance Forestière donne son avis sur le débat concernant la forêt classée de Kua.

C’est avec consternation que le Groupe de recherche Action du Burkina sur la Gouvernance Forestière (GAGF) a appris par voie de presse et sur les réseaux sociaux le projet de déclassement d’une portion de 16 ha de la forêt classée de Kua dans la Commune de Bobo-Dioulasso pour la construction d’un hôpital, sur proposition du conseil municipal.

Nous tenons à rappeler que l’initiative de création de forêts classées par le colonisateur à partir de 1935 visait des objectifs environnementaux et socioéconomiques. Dans le cas de la ville de Bobo, la création des forêts visait à protéger les principales sources d’eau et la protection de la ville par une ceinture verte.

La création des forêts classées ne visait donc pas à constituer des réserves foncières à la disposition de l’Etat ou de ses démembrements. C’est pourquoi la loi portant code forestier prévoit des procédures précises pouvant autoriser le déclassement de tout ou partie de ces forêts.

Au Burkina Faso, les espaces forestiers ne représentent que seulement 14% du territoire national  contre une norme internationale généralement admise de 30%. En outre, ces forêts connaissent une dégradation accélérée due à l’expansion agricole, l’occupation anarchique par les populations et l’urbanisation rapide et mal contrôlée.

Pourtant, le Burkina Faso passe pour un pays modèle au plan international en matière de protection de l’environnement, cela pour avoir ratifié toutes les conventions y relatives. Il est le seul pays sahélien à bénéficier de l’initiative internationale REDD+ dont l’objet est la lutte contre le changement climatique à travers la réduction des émissions des gaz à effet de serre dues à la déforestation et la dégradation des forêts.

En outre, la forte dépendance des populations vis-à-vis des forêts pour leur alimentation et leurs besoins divers (pharmacopée, bois de construction, bois de feu, etc.) est bien connue.

Enfin, les forêts abritent une diversité biologique qui constitue de nos jours un enjeu mondial.

Certes, la construction d’un hôpital est un enjeu majeur de santé publique. Mais, au regard de ce qui précède, le Groupe de recherche Action du Burkina sur la Gouvernance Forestière :

  • invite fermement  la Commune de Bobo-Dioulasso à revenir sur sa position et à trouver un autre emplacement ;
  • appelle instamment le gouvernement à faire preuve de souveraineté, de respect rigoureux de ses propres textes, des engagements internationaux et du droit des populations à jouir de leurs forêts ;
  • invite l’ensemble des bonnes volontés à s’engager afin que le déclassement de la forêt de Kua ne constitue pas un précédent préjudiciable au sort de toutes les forêts classées du pays.

Fait à Ouagadougou, le 21 Mai 2019

 Pour le GAGF,

Le Modérateur

Sylvestre B. OUEDRAOGO

70 44 46 16

[email protected]

 

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici