Foncier : La CADDL appelle à la fin de la spoliation foncière dans les quartiers non viabilisés

24

Foncier : La CADDL appelle à la fin de la spoliation foncière dans les quartiers non viabilisés

Pour prendre à bras le corps la problématique du foncier au Burkina Faso, il a été mis sur pied une commission interministérielle. Mais pour la coalition, l’orientation prise par cette commission traduit clairement un manque de volonté manifeste de faire la lumière sur le passif des lotissements et du logement.

La CADDL déplore en premier lieu l’attentisme de la commission dont les membres « au lieu de faire des sorties de terrain, ont préféré rester dans les bureaux et demander aux populations de venir déposer leurs doléances ». Des doléances qui ne serviraient à rien puisque deux (02) mois après la fin des travaux, « rien ne filtre » à en entendre les associations affiliées au CADDL. Celles-ci dénoncent par ailleurs la substitution des associations par les hommes politiques qui attribuent les parcelles aux sociétés immobilières, lesquelles sociétés construisent ensuite des cités qui ne sont pas à la portée de toutes les populations de ces quartiers.

Pour un apurement réussi du passif foncier, la coalition qui réunit quarante-quatre (44) associations de la ville de Ouagadougou estime qu’il faut faire des audits pour situer les responsabilités, procéder au retrait des parcelles illégalement attribuées et leur réattribution aux « populations injustement brimées et spoliées ».

Quant aux personnes qui se sont rendues coupables de détournement de parcelles et des sommes que les populations ont cotisé pour les lotissements, la CADDL demande leur jugement imminent, car la coalition estime que le rapport d’enquête parlementaire sur la question réalisée en fin 2016, n’a montré qu’une petite partie de l’iceberg.

Soumana Loura (stagiaire)
Lefaso.net

Lefaso.net