Financement du PNDES : Le Burkina lance un emprunt obligataire de 75 milliards de F CFA

75
Financement du PNDES : Le Burkina lance un emprunt obligataire de 75 milliards de F CFA

La Direction générale du trésor et de la comptabilité publique a procédé, le 12 septembre 2019 à Ouagadougou, au lancement officiel d’un emprunt obligataire de 75 milliards de F CFA. Dénommé « TPBF 6,5% 2019-2027 », cet emprunt obligataire a été lancé sur le marché de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), pour une durée de huit ans dont deux ans de différé. L’objectif est de mobiliser des ressources destinées au financement des projets porteurs de croissance, dans le cadre du PNDES.

Emis par la Direction générale du trésor et de la comptabilité publique, cet emprunt obligataire de 75 milliards de F CFA sera réalisé et assuré en cotation sur le marché financier régional de l’UEMOA par la Société burkinabè d’intermédiation financière (SBIF) avec une maturité de huit ans dont deux ans de différé.

Cette présente émission, deuxième du genre, tout comme les précédentes, vise la mobilisation de ressources complémentaires au financement du budget de l’Etat afin d’atteindre les objectifs poursuivis par le Plan national de développement économique et social (PNDES).

Le nombre total d’obligations est de 7 500 000 unités avec une valeur nominale unitaire de 10 000 F CFA. L’Etat s’engage à payer un taux d’intérêt annuel de 6,5%, soit 3,25% chaque six mois.

Le directeur général du trésor et de la comptabilité publique Célestin Santéré Sanon

L’émission obligataire est ouverte aux personnes physiques et morales des pays membres de l’UEMOA, ainsi qu’aux investisseurs institutionnels régionaux et internationaux. « Cette opération est non seulement une opportunité d’affaires mais aussi une aubaine pour les hommes d’affaires de jouer leur partition dans le financement du développement au Burkina », a souligné le directeur général du trésor et de la comptabilité publique, Célestin Santéré Sanon.

La période de souscription va du 12 septembre au 3 octobre 2019 et les intérêts sont payables semestriellement à partir de la date de jouissance des titres. Cette opération a plusieurs avantages qui sont entre autres l’exonération fiscale pour les résidents du Burkina Faso, l’inscription des titres de l’opération à la cote de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) ainsi que leur admission au refinancement de la BCEAO et les périodicités semestrielles de remboursement.


Comme lors des précédentes émissions qui ont été bouclées avec succès, le Burkina Faso compte une fois de plus sur l’accompagnement des acteurs du développement. Aussi, l’Etat a fait appel à la SBIF, au regard des bons résultats qu’elle a réalisées lors des précédentes émissions d’emprunt. « Avec cette opération, ma structure compte mobiliser plus de 75 milliards de F CFA au profit de l’Etat burkinabè afin de l’accompagner et de lui permettre d’assurer les financements prévus par la loi de finances 2019 », a laissé entendre le directeur général de la SBIF, Alexis Lourgo.

Alexis Lourgo, directeur général de la SBIF

L’expérience du Burkina Faso dans le cadre de l’émission des titres n’est plus à démontrer car, de 2002 à 2019, le pays a procédé avec succès à 145 émissions. En rappel, cette opération par appel public à l’épargne est la 9e du genre pour le Burkina Faso sur le marché régional.

Issoufou Ouédraogo

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici