Filières céréalières : le Comité interprofessionnel réfléchit sur une meilleure restructuration

74

Depuis janvier 2017, le Comité interprofessionnel des céréales et du niébé du Burkina (CIC-B) a un nouveau bureau. Afin de permettre aux acteurs directs desdites filières d’échanger sur les enjeux, les défis et les opportunités afin de faire des propositions d’actions concrètes, la CC-B organise deux ateliers régionaux. L’un à Ouagadougou ce mardi 20 et le second à Bobo-Dioulasso le 22 juin 2017. C’est la substance de la rencontre de ce mardi matin avec les hommes des médias.

10 ans après la clôture du plan d’actions céréales et 14 ans après la création du CIC-B, les acteurs ont procédé en janvier 2017, au renouvellement des instances dirigeantes de la structure en charge d’assurer l’augmentation de la rentabilité économique et financière des filières céréalières. Et ce, en vue de participer de manière durable à la sécurité alimentaire au Burkina Faso.

Daba Lendi, nouveau président du CIC-B estime que «malgré les acquis, les défis qui ont présidé à la formulation du plan d’action céréales et à la création du CIC-B, demeurent et se posent aujourd’hui avec beaucoup plus de préoccupations». La préoccupation majeure selon M. Lendi, est de disposer d’une bonne politique de promotion des filières céréalières à travers une meilleure organisation de la production, de la transformation, de la commercialisation et de la recherche de débouchés. Le tout, pour assurer au CIC-B, une meilleure commercialisation des produits céréaliers.

Il est donc nécessaire selon le nouveau président, que la CIC-B et ses démembrements travaillent à lever ces contraintes et contribuer à renforcer les capacités techniques des acteurs de sorte à créer des conditions favorables à une plus grande compétitivité de la filière céréalière au Burkina et en Afrique de l’Ouest. Les deux ateliers sont donc organisés pour permettre au CIC-B de mettre à jour son membership d’une part, et d’autre part, d’engager un processus participatif et inclusif d’autoévaluation afin d’aboutir à une restructuration et à une nouvelle planification stratégique durant la période 2018-2022. Et ceci, grâce à l’appui financier du Programme d’appui aux filières agrosylvopastorales (PAFASP).

Fasozine