Filière volaille : Des acteurs échangent sur la gestion des déchets de transformation du poulet sur les marchés

69
Filière volaille : Des acteurs échangent sur la gestion des déchets de transformation du poulet sur les marchés

Des acteurs de la filière volaille se sont réunis le mardi 25 juillet à Ouagadougou pour échanger sur la gestion des déchets de transformation du poulet dans les marchés et yaars. Cette activité a été rendue possible grâce au soutien de Unittera, un programme de coopération volontaire Canadien. Il est mis en œuvre au Burkina conjointement par le centre d’étude et de coopération internationale (CECI) et l’entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC).

L’aviculture traditionnelle est une activité où l’inclusion des femmes et des jeunes est beaucoup plus facile. Son cycle est court, son investissement est modeste et la demande est toujours importante. Cependant, force est de constater que cette filière, bien que porteuse rencontre des contraintes majeures à tous les maillons en dépit des efforts qui sont faits. C’est pourquoi, le programme Uniterra et l’ensemble de ses partenaires ont décidé d’initier un atelier de sensibilisation et de réflexion sur la gestion des déchets de transformation du poulet sur les marchés de volailles vivantes dans la commune de Ouagadougou.


Selon Dramane Banaon conseiller en élevage et en développement au programme Uniterra, l’objectif de ce présent atelier est de contribuer à l’accroissement de la compétitivité de la filière avicole en vue d’améliorer la santé du consommateur et augmenter les revenus des professionnels de la filière. Il s’agira donc d’accompagner et d’outiller les populations pauvres et vulnérables pour améliorer leurs conditions de vie. Ceci, en faisant en sorte aussi que les consommateurs de la volaille aient de la viande saine. Pour Issa Congo, conseillé d’élevage à la direction de la promotion des filières animales du ministère des ressources animales, cette activité est la bienvenue. Selon lui, l’Etat seul ne peut pas tout faire. Il essai de mener des actions incitatives.


C’est une rencontre que les participants saluent à sa juste valeur. Le président du sous-comité sectoriel élevage Adha Jacques espère qu’à la sortie de l’atelier, les participants auront appris de bonnes pratiques de gestion. Il souhaite également qu’ils soient sensibilisés aux mesures de biosécurité et bonnes pratiques d’hygiène requises sur les marchés de volailles vivantes. Les restes des volailles sont utilisés pour diverses autres activités. Les plumes par exemples peuvent être utilisées comme des composantes des objets de décorations. Les participants auront des communications, des visites de terrain, des travaux de groupe… Débutée le mardi 25 juin, l’activité refermera ses portes le mercredi 26 juin 2019.

Dimitri OUEDRAOGO

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici