Filière agroalimentaire au Burkina : Bientôt un siège pour les créateurs d’entreprises et les porteurs de projets

94

Filière agroalimentaire au Burkina : Bientôt un siège pour les créateurs d’entreprises et les porteurs de projets

Dans dix mois, le Projet d’incubateur, de pépinière et d’hôtel d’entreprises dans le Secteur agroalimentaire (PIPHE-SA) va connaître une autre tournure. Bientôt les incubateurs auront leur propre siège pour leur hébergement et accompagnement sur une surface estimée à 3600 m².

À en croire les techniciens, ce projet se décompose en trois phases : la réalisation de bâtiment administratif, un bâtiment d’atelier de production et un magasin de stockage. La mise en œuvre du PIPHE-SA est assurée par l’Agence de financement et de Promotion des petites et moyennes entreprises (AFP-PME).

C’est un projet ambitieux. « Notre objectif, c’est d’en faire un centre de référence régional et un creuset des futurs champions africains », a déclaré le directeur général de l’AFP-PME, Honoré Kiétyéta. Il a indiqué que la première phase des travaux qui est d’un coût de 1,4 milliards de francs CFA, va permettre d’abriter une centaine de projets dont au moins 30% portés par des femmes.

Filière agroalimentaire au Burkina : Bientôt un siège pour les créateurs d’entreprises et les porteurs de projetsEn termes chiffrés, les résultats attendus de ce projets sont : un bâtiment à titre d’infrastructures d’hébergement et de production disponible ; 100 porteurs de projets reçus en incubation ; 50 startups créées ; 30 startups hébergées ; 100 emplois directs et 200 emplois indirects générés et enfin, au moins 60% des startups créées installées et fonctionnelles sur le marché.

Selon le ministre Harouna Kaboré, le PIPHE-SA s’inscrit en droite ligne des orientations du Plan national de développement économique et social (PNDES) en son axe 3 « Dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et les emplois ». Il a aussi rappelé que le PIPHE-SA a été créé en vue de promouvoir la création, le développement et la pérennisation des Petites et moyennes entreprises (PME) du secteur agroalimentaire par une offre de services mutualisés d’incubation, d’hébergement et d’accompagnement à la sortie.

De la rigueur dans l’exécution du chantier

Au cours de la cérémonie de la pose de la première pierre, le ministre Harouna Kaboré a insisté sur la qualité des ouvrages. « Pour ce chantier, je ne souhaite pas que notre bureau de contrôle soit la pluie », a-t-il martelé.

C’est pourquoi le ministre s’est attardé longuement sur la qualité du chantier et le délai d’exécution. Il a rappelé qu’une mission de suivi-évaluation va être faite de temps en temps. « Si à un moment donné on constate que les choses ne vont pas bien, il faut avoir le courage d’arrêter et passer certainement à autre chose », a-t-il commenté.

Selon le représentant du maire de l’arrondissement 4 de Ouagadougou, Jacob Koudougou, ce projet est attendu par plusieurs acteurs du Burkina. Il a par ailleurs formulé le vœu de voir les jeunes quittés le cercle de chômage grâce à ce projet et aux emplois indirects que va engranger son implantation.

Le PIPHE-SA, qui est classé dans la catégorie A des projets et programmes de développement, est institué par arrêté conjoint n°2013-0382 MICA/MEF du 26 décembre 2013 portant création, objet, classification et administration du PIPHE-SA. Ce projet est placé sous la tutelle technique du ministère en charge de l’industrie et la tutelle financière du ministère en charge des finances.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Lefaso.net