Facebook : Près de 50 millions de comptes piratés

54

Facebook a reconnu ce vendredi 28 septembre 2018 qu’une faille de sécurité affectant «presque 50 millions de comptes» a permis à des hackers de prendre le contrôle de comptes d’utilisateurs. Son PDG, Mark Zuckerberg a aussitôt rassuré que la faille avait été réparée dans la soirée de ce jeudi 27 septembre.

Facebook a indiqué ce vendredi 28 septembre avoir découvert en début de semaine une importante faille de sécurité ayant affecté près de 50 millions de comptes utilisateurs sur sa plateforme.

Le géant américain dans un communiqué a expliqué que les hackers ont exploité une faille de codage dans la fonction « Voir en tant que » sur Facebook, qui leur a permis de prendre le contrôle de comptes utilisateurs.

Les pirates « ont pu utiliser le compte comme s’ils en étaient les titulaires », a relevé Guy Rosen un cadre du groupe, en charge du « Management produit ». « Nous sommes désolés », a-t-il ajouté.

Les pirates ont pu accéder à des données personnelles figurant dans les profils (genre, ville d’origine…), mais sans que l’on sache ce qu’ils en avaient fait ou comptaient en faire.

Ils ne se sont semble-t-il, en revanche, pas servi de cette faille pour mettre des publications sur les comptes piratés, selon le groupe. Facebook indique également que les mots de passe n’ont pas été compromis.

Toutefois, plus de 90 millions d’utilisateurs de Facebook ont ainsi été contraints de se déconnecter de leur compte ce vendredi matin, car leur accès à la plateforme a été réinitialisé.

Le reseau social a décidé de désactiver temporairement la fonction « Voir en tant que ».  « Il est inutile de changer son mot de passe. Mais les personnes qui rencontrent des difficultés pour se reconnecter à Facebook, par exemple parce qu’elles ont oublié leur mot de passe, doivent consulter notre centre d’aide », a indiqué Facebook qui n’a pas identifié l’origine de l’attaque ainsi que sa portée. « Comme nous avons à peine lancé notre enquête, nous devons encore déterminer si ces comptes ont été utilisés à mauvais escient ou s’il y a eu un accès à des informations », écrit le réseau social.

Le FBI, la police fédérale américaine, s’est saisie de l’affaire.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU/Burkina24                                                                                                            Source: RFI & La Dauphine

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Burkina24.com