Entrepreneuriat et citoyenneté : Une centaine de femmes et de jeunes échangent sur la responsabilité sociale des entreprises

55
Entrepreneuriat et citoyenneté : Une centaine de femmes et de jeunes échangent sur la responsabilité sociale des entreprises

Le Projet femmes-jeunes et citoyenneté (ProFeJec) a réuni une centaine de femmes et de jeunes autour d’un panel, ce jeudi 5 septembre 2019 à Ouagadougou, pour échanger sur la responsabilité sociales des entreprises.

Dans le but de concilier l’entrepreneuriat et la promotion de certaines valeurs, notamment la citoyenneté et la responsabilité citoyenne des entreprises, le Projet femmes-jeunes et citoyenneté (ProFeJec) a tenu un panel, qui a réuni une centaine de femmes et de jeunes. C’est autour du thème « Concilier l’entrepreneuriat et la citoyenneté responsable : facteur d’une cohésion sociale durable » que les participants, une centaine au total, ont échangé.

Emmanuella Toé, représentante du PNUD

Selon le coordonnateur du ProFeJec, ce panel, qui est organisé en collaboration avec le Programme des nations unies pour le développement (PNUD), va permettre, dans une synergie d’actions, d’impacter positivement l’écosystème et de pouvoir toucher le maximum de jeunes qui désirent entreprendre. Et de rappeler que la mission du ProFeJec, c’est de travailler à dynamiser l’écosystème de l’entrepreneuriat au Burkina Faso à travers le soutien apporté aux incubateurs.

Moumine Sissao, coordonnateur du ProFeJec

Pour Emmanuella Toé, coordonnatrice du Projet jeunesse, paix et sécurité du PNUD, le fait de concilier l’entrepreneuriat et la citoyenneté va permettre aux jeunes de se prendre en charge en tant que citoyens et participer au développement de leur communauté. « Nous vivons une situation sécuritaire préoccupante actuellement, d’où la nécessité de renforcer les capacités des jeunes et des femmes en matière de cohésion sociale, de tolérance, de gestion de la cité, etc. », a-t-elle laissé entendre.

Martine Yabré

La paneliste Martine Yabré a embouché la même trompette. De son avis, concilier l’entrepreneuriat et la citoyenneté pour pouvoir atteindre un niveau de cohésion durable, c’est amener ces cibles (femmes et jeunes) à comprendre davantage leur rôle dans toutes les initiatives, qu’elles soient sociales, culturelles ou économiques, qui sont prises à leur niveau afin qu’une certaine dose de responsabilité, de civisme, d’intégrité ; qu’un certain nombre de valeurs sociales puissent être pris en compte.

C’est pour échanger avec cette cible sur la nécessité d’inclure un certain nombre de valeurs et de principes dans toute entreprise qui est initiée afin de participer à la cohésion sociale, a-t-elle rappelé, avant d’ajouter que c’est une opportunité que le PNUD et ses partenaires offrent de partager cette expérience terrain avec les femmes et les jeunes qui entreprennent.


Différence entre entrepreneuriat et entreprenariat

A tort ou à raison, les notions entrepreneuriat et entreprenariat sont utilisées. Au cours de ce panel, la panéliste Martine Yabré a tenu à faire la nuance qui existe entre ces deux notions. A l’en croire, l’entrepreneuriat, c’est le fait d’entreprendre, d’avoir une idée et de la traduire en projet. « Dans ce sens, vous et moi, nous sommes des entrepreneurs, que ce soit au niveau social, culturel, etc. ; parce que nous impactons, nous transformons nos communautés, notre société. Mais il y a aussi la création de richesse, la recherche de revenus dans le cadre de la création d’entreprise », a-t-elle expliqué.


L’entreprenariat, quant à lui, est, selon Martine Yabré, un ensemble de programmes, au niveau individuel ou au niveau d’un groupe donné ou étatique. A titre d’exemple, elle a cité le Programme entreprenariat féminin qui est développé par le ministère en charge de la Femme pour pouvoir accompagner les initiatives génératrices de revenus des femmes.

Cryspin Masneang Laoundiki

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici