Entreprenariat : L’OIM et l’Union européenne soutiennent les jeunes et les migrants de retour

36
Entreprenariat : L’OIM et l’Union européenne soutiennent les jeunes et les migrants de retour

En collaboration avec Burkina Networking, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a tenu, le mardi 17 septembre 2019 à Ouagadougou, une journée de networking autour de thème « Employabilité et entreprenariat des jeunes et des migrants de retour ». Une activité qui a accueilli environ 200 jeunes faiblement ou non-scolarisés, en particulier les migrants qui sont de retour. La cérémonie a été présidée par le directeur des politiques de population du ministère de l’Economie, Gustave Bambara.

La journée du networking organisée le 17 septembre 2019 par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), en collaboration avec Burkina Networking, vise à créer un cadre d’échanges entre les partenaires de l’OIM, les professionnels (employeurs, coachs, responsables des ressources humaines, institutions de microfinance, etc.) et des jeunes ayant des compétences avérées à faire valoir, dans le but de favoriser l’insertion professionnelle de ces derniers à travers des possibilités d’embauche, la diversification du réseau de partenaires et le renforcement de capacités en techniques de recherche d’emploi, a expliqué le chargé de programme de l’OIM, Andréas de Boer.

Andréas de Boer, chargé de programme de l’OIM

L’activité a réuni environ 200 jeunes peu ou non-scolarisés, dont la majorité sont des migrants de retour. L’OIM a contribué à leur formation dans le cadre du projet EUTF-OIM et veut œuvrer à leur installation comme propriétaires de micro-entreprises ou employés dans une structure partenaire de l’IOM. 

La maçonnerie, la soudure, l’élevage, la restauration, l’embouche, l’aviculture, la conduite d’engins lourds, etc. sont les principaux secteurs d’activité dans lesquels ces jeunes ont été formés. Ils ont été mis dans un cycle de formation professionnelle, et beaucoup d’entre eux ont reçu un financement pour la mise en œuvre de leurs projets, déclare Abibatou Wané, chef de mission de l’OIM. Comme le financement ne peut pas être à la hauteur de la demande, cette journée de mise en réseau a été organisée avec des partenaires publics tels que l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE), la Maison de l’entreprise et aussi des partenaires privés.


Rama Traoré est une migrante de retour au pays. Elle était au Soudan et les conditions de vie n’ont pas pu être supportables. Aujourd’hui, son rêve, c’est d’être un grand entrepreneur dans son propre pays le Burkina Faso, car, dit-elle « j’ai beaucoup reçu de l’OIM, qui me permet de m’installer à mon propre compte ici au Faso et je me permets un rêve plus grand ».

Pour le représentant de l’Union européenne, José Luis Alegré, la question des migrations est une priorité. L’Union européenne a apporté plusieurs millions d’euros pour la préparation du retour des migrants qui sont partis à la recherche d’un monde meilleur mais qui ont rencontré des difficultés et ont été obligés de revenir au pays, a-t-il confié. Il déclare que la meilleure manière de lutter contre les migrations irrégulières est la création de conditions de vie descentes pour la jeunesse en proie à ce phénomène.

José Luis Alegré de l’UE, à sa droite Abibatou Wané de l’IOM et Gustave Bambara du MINEFID

Cela passe inéluctablement, selon lui, par la formation et l’offre d’opportunités d’emplois, d’où la pertinence de la présente journée de networking, qui s’inscrit dans le cadre du projet de renforcement de l’employabilité et de l’entreprenariat pour les jeunes pour ainsi réduire les risques de migrations irrégulières. Il a en outre expliqué que le projet ne vise pas que le Burkina Faso, mais quatorze pays de la sous-région ouest-africaine. Les objectifs de l’Union européenne et de l’OIM, à long terme, c’est d’amener les jeunes à faire des migrations par choix et non par nécessité.

Au cours de la cérémonie, les participants ont eu droit à une projection cinématographique qui leur a permis de voir la misère des migrants, les engagements de l’OIM en faveur des migrants de retour avec des formations dans divers métiers professionnalisants, les témoignages de bénéficiaires qui confient que le lieu de réussite par excellence reste le pays d’origine. Ils témoignent surtout qu’étape par étape, ils ont reconstruit leur vie au Burkina Faso.


Après la cérémonie d’ouverture et la visite des stands des partenaires de la journée, place a été faite aux ateliers au cours desquels plusieurs thématiques telles que l’employabilité, les formalisations d’entreprises, le financement et le marketing ont été abordées.

En rappel, l’OIM, le ministère de l’Economie, des Finances et du Développement et la Délégation de l’union européenne ont procédé à la signature et au lancement officiel des activités de l’initiative Fonds fiduciaire Union européenne – OIM pour la protection et la réintégration des migrants au Burkina Faso, le 18 décembre 2017 à Ouagadougou.


Le projet EUTF vise à appuyer le gouvernement burkinabè dans la protection des migrants vulnérables et à fournir une assistance au retour volontaire et à la réintégration des Burkinabè, tout en renforçant les capacités nationales en termes de gestion de la réintégration, de collecte et d’analyse des données migratoires.

Etienne Lankoandé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici