Enseignement supérieur : 115 lauréats du CAMES et du concours d’agrégation en médecine reçoivent leurs toges

50
Enseignement supérieur : 115 lauréats du CAMES et du concours d’agrégation en médecine reçoivent leurs toges

Le ministre en charge de l’Enseignement supérieur, Alkassoum Maïga, a présidé, ce vendredi 14 juin 2019 à Ouagadougou, la cérémonie de remise de toges aux enseignants promus de la 40e session du CAMES (Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur) et du 19e concours d’agrégation en médecine. Ladite cérémonie a connu la participation de plusieurs enseignants-chercheurs des deux grandes universités publiques du Burkina et de leurs familles.

La cérémonie de remise de toges des promus du CAMES (Conseil africain et malgache pour l’enseignant supérieur) et du concours d’agrégation en médecine, session 2018, des universités Ouaga II et Joseph-Ki-Zerbo s’est tenue ce vendredi 14 juin. Une cérémonie qui a connu la présence d’enseignants, de collègues, d’amis et des familles des promus.

Pour cette session 2018, le Burkina Faso a enregistré au total 115 lauréats de déférents domaines répartis dans trois grades universitaires. Il s’est agi de 66 maîtres-assistants, 24 maîtres de conférences et 25 professeurs titulaires. Le ministre en charge de l’Enseignement supérieur, Alkassoum Maïga, président de la cérémonie, a d’abord félicité tous les promus, les présidents des deux universités, l’ensemble du corps professorat, le personnel Atos et tous les étudiants pour leur contribution à la réussite de cette fête.

Aussi, Alkassoum Maïga a profité de l’occasion pour interpeller les promus au devoir et au sens de la responsabilité, à l’esprit de sacrifice et au don de soi. Car, dit-il, ces grades n’auront de valeur que si leurs étudiants leurs et collègues sont positivement impactés par leurs actions. Et de les inviter à s’engager davantage à accompagner les étudiants dans les cours et dans l’encadrement des mémoires afin de mettre fin aux années de chevauchement.

Le Pr Alkassoum Maiga plaide pour une uniformisation des toges des universités burkinabè

Vers une uniformisation des toges

Cette cérémonie a été l’occasion pour le Pr Maïga de plaider pour une uniformisation des toges dans toutes les universités burkinabè afin d’éviter la singularisation des enseignants.

Pour le président de l’Université Joseph-Ki-Zerbo, le Pr Rabiou Cissé, la moisson a été bonne au regard des résultats obtenus durant la session 2018. Car sur 21 dossiers présentés, l’Université Ouaga II a enregistré 17 inscrits, soit un taux de succès de 81%. Concernant l’Université Joseph-Ki-Zerbo, sur 91 dossiers, 89 ont été inscrits, soit un taux de succès de 97,80%. Pour le concours d’agrégation en médecine, sur dix candidats, neuf ont été admis, ce qui fait un taux de succès de 90%.

À cela s’ajoute un autre fait marquant : l’enregistrement de la première femme professeure titulaire en sociologie urbaine, Fatoumata Badini.

La représentante des promus, Maïmouna Dao, a remercié l’ensemble des enseignants-chercheurs et les différentes familles présentes pour leur soutien multiforme, tout en rappelant l’importance que revêtent ces toges pour le corps enseignant. « En effet, ces toges représentent pour chacun de nous, un grand encouragement et une motivation supplémentaire vers la réussite et le dépassement de soi », a-t-elle résumé.

La représentante des promus, Maimouna Dao

Et le président de l’université Ouaga II, Adjima Thiombiano, de souligner qu’au-delà du caractère solennel de la cérémonie, c’est une occasion pour les universités de présenter les différents résultats engrangés au cours d’une année académique à la société. « Et l’arrivée de cette cohorte d’enseignants au sein des deux universités permet de renforcer la capacité en termes de formation et en termes de recherche », a-t-il noté.

Les différents grades du monde universitaire

La cérémonie de remise des toges a été aussi l’occasion pour les chercheurs d’expliquer la différence entre les grades du monde universitaire. Et selon Adjima Thiombiano, il y a quatre différents grades qui définissent la carrière d’un enseignant-chercheur : l’assistant, le maître-assistant, le maître de conférences et le professeur titulaire.

En effet, un assistant, dans le monde universitaire, c’est celui qui a fait une thèse unique ou un PhD et qui est recruté comme un enseignant d’université. Après cela, si vous voulez passer à l’étape de maître-assistant, il faut avoir fait des publications dans les revues indexées, scientifiquement prouvées par des articles, justifiant de deux ans d’ancienneté.

Une photo de famille avec les autorités

Et si vous voulez gravir cet échelon de maître-assistant à maître de conférences, il faut justifier de trois à quatre ans d’ancienneté avec trois ou quatre articles publiés et avoir encadré deux ou trois étudiants de master. En ce qui concerne le grade de professeur titulaire, le dernier grade, il faut avoir encadré et fait soutenir une thèse de doctorat, fait des publications et avoir un certain nombre d’années d’ancienneté.

Yvette Zongo

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici