ENEP de Tenkodogo : « Tout est rentré dans l’ordre »

168

ENEP de Tenkodogo : « Tout est rentré dans l’ordre »

Jugeant les revendications des stagiaires « légitimes », le Directeur général de l’ENEP de Tenkodogo, Célestin Yaméogo, a reconnu que ce nouveau centre crée en décembre 2016 et qui a ouvert officiellement ses portes le 15 janvier 2017, ne réunissait pas toutes les conditions avant d’accueillir les élèves. « L’ENEP de Tenkodogo reste toujours un chantier à parfaire et c’est dans ce contexte, au plan des conditions de vie et de travail, certains problèmes se sont posés, à savoir que les dortoirs n’étaient pas équipés, les stagiaires ne disposaient pas de lits, ni de matelas, ils dormaient pratiquement sur des nattes » a-t-il signifié.

Au titre des revendications des élèves, figuraient également l’équipement du réfectoire et l’abonnement en électricité. « L’établissement ne pouvait pas disposer d’électricité 24h /24. Il était alimenté par un groupe à capacité énorme, difficile à gérer par l’ENEP car les ressources étaient très limitées. Le fonctionnement maximum était de 2 ou 3 heures par jour, ce qui révélait insuffisant » a-t-il noté.

ENEP de Tenkodogo : « Tout est rentré dans l’ordre »Quant au retard de deux mois observé dans le paiement des présalaires, monsieur Yaméogo finit par soutenir : « L’un dans l’autre, si n’avez pas où dormir convenablement, vous n’avez pas où vous asseoir pour manger ? Si à cela, s’ajoute l’absence de pécules ou de présalaires, ce qui s’en suit, c’est ce que l’on a vécue, c’est une manifestation » a confié l’inspecteur de l’enseignement du premier degré, soulignant qu’il fallait trouver des solutions.

Les principaux responsables n’étaient pas encore nommés

ENEP de Tenkodogo : « Tout est rentré dans l’ordre »Aux dires du DG de l’ENEP, les principaux responsables n’étaient pas officiellement nommés à l’époque, limitant ainsi les actions de l’établissement. « Ceux qui étaient là, étaient des intérimaires et avaient des pouvoirs de décision très limités » a-t-il dit, précisant que tout est rentré dans l’ordre à partir du 9 mars 2017.
Et cela, suite à la nomination des 3 principaux responsables que sont le Directeur général, le directeur des affaires financières et le directeur des études et des stages. « Deux semaines après leur nomination, tous les problèmes qui avaient été soulevés ont été résolus. A ce jour, je puis vous dire, que tout est rentré dans l’ordre. Les stagiaires sont satisfaits et les cours se déroulent normalement » a rassuré le DG de l’ENEP de Tenkodogo.

Interrogés, certains élèves confirmeront la résolution de leurs préoccupations qui ont suscité des manifestations. « Nous sommes au nombre de quatre par chambre et tout le dortoir est équipé de lits et matelas. Le dortoir est constitué 15 chambres, chaque chambre ayant droit à une douche » a indiqué Sebgo Prudence, responsable du dortoir B (filles) de l’ENEP de Tenkodogo.

ENEP de Tenkodogo : « Tout est rentré dans l’ordre »La stagiaire Adissa Zida ne dira pas le contraire. « On ne se plaint pas. La formation est de qualité » dit-elle, mais confie déplorer que la bibliothèque et la salle d’informatique ne soient pas encore équipées et que l’école annexe ne soit pas mise en place. A ce sujet, M .Yaméogo a souligné que des mesures ont été prises pour pallier à cette insuffisance. ‘’ L’école annexe, c’est l’observation d’une séance pratique, différente d’une simulation. L’ENEP va déporter les stagiaires dans les écoles voisines pour qu’ils puissent assister à ces séances de présentation de leçon’’.

S’agissant de l’équipement du centre de ressources en ouvrages, Célestin Yaméogo soutient : « nous avons reçu l’équipement nécessaire et nous attendons que les acteurs financiers soient nommés pour engager vite des dépenses qui vont contribuer nécessairement à équiper d’avantage le centre de ressources en ouvrage. Le processus est engagé. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Lefaso.net