ENAM : Début d’une formation d’excellence en octobre

241

Le ministre de la fonction publique, du travail et de la protection sociale, Clément P. Sawadogo, a animé hier jeudi 20 avril 2017, à Ouagadougou, une conférence de presse, en vue de livrer des informations sur le projet de Diplôme d’excellence en administration publique (DEAP) de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM).

Un pôle d’excellence pour la formation des cadres supérieurs de l’administration sera bientôt opérationnel au Burkina Faso. Il s’agit du projet de Diplôme d’excellence en administration publique (DEAP) de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM). Le projet va bénéficier de l’accompagnement de l’Ecole nationale d’administration publique (ENAP) du Québec au Canada. Pour en parler, le ministre de la fonction publique, du travail et de la protection sociale, Pengdwendé Clément Sawadogo a animé, hier jeudi 20 avril 2017, à Ouagadougou, une conférence de presse.

Selon le ministre, le DEAP que l’ENAM va offrir, en partenariat avec l’ENAP, vient à point nommé et retient l’attention du gouvernement. Il a expliqué que «le diplôme d’excellence de l’ENAM sera une formation de haut niveau en administration publique offerte par l’ENAM et l’ENAP». Et d’ajouter que le diplôme formera des gestionnaires, des analystes et des chercheurs en administration publique. De façon spécifique, a poursuivi Clément Sawadogo, il s’agira de former «des gestionnaires capables de diriger et gérer avec efficacité les organisations, les programmes et les ressources publiques, des analystes qui excellent dans les fonctions professionnelles d’analystes ou de conseillers, nantis de capacités d’analyse des grands principes, enjeux et méthodes de l’administration publique». De l’avis du ministre en charge de la fonction publique, les chercheurs en administration publique qui sortiront de ce pôle d’excellence seront compétents en recherche scientifique et auront «des compétences, pour produire une réflexion théorique, afin de contribuer au renouvellement des pratiques et des services offerts par l’administration publique».

Il en ressort que les cours du DEAP de l’ENAM seront dispensés essentiellement, sous trois modes, à savoir : le mode présentiel, le mode en ligne et le mode en visioconférence. La formation durera entre 24 et 30 mois. «Les cours se dérouleront pendant les heures d’ouverture des services, du lundi au samedi. Ils seront organisés en sessions», a précisé le ministre Sawadogo.

Critères de sélection

Le premier responsable en charge de la fonction publique burkinabè a confié que le programme est destiné prioritairement, aux fonctionnaires de catégorie A1 de l’administration publique et répondant aux critères fixés par l’ENAM et l’ENAP. «Accessoirement, un quota sera accordé aux cadres des secteurs parapublic et privé répondant aux critères fixés», a-t-il noté, avant de faire remarquer que le processus de recrutement comprendra une présélection des candidats par concours, un entretien avec un jury, puis une sélection définitive par l’ENAP. M. Sawadogo a affirmé que «moyennant l’aval définitif du gouvernement, la rentrée académique de la première promotion sera fixée à octobre 2017».

Mais, quel sera le coût de la formation ? A cette question d’un journaliste, le Directeur général (DG) de l’ENAM, Justin Cyprien Ilboudo, a répondu que pour pouvoir démarrer le programme, l’estimation financière qui est faite est de 350 millions de FCFA. Il a indiqué que le coût de la formation par étudiant, est évalué à 5 millions de FCFA. Selon M. Ilboudo, le programme vient de démarrer dans quelques pays africains et coûterait entre 8 et 12 millions de FCFA par étudiant pour les deux années de formation. «Au niveau du Burkina Faso, nous avons l’implication directe de notre ministère. Ce qui pourrait avoir un gain favorable pour les étudiants», a relevé le DG de l’ENAM. Il a laissé entendre que le coût de la formation pourrait être subventionné par l’Etat.

A la question de savoir l’implication de la formation sur la carrière de l’agent, le ministre de la fonction publique a déclaré qu’il faudrait se référer au gouvernement. En ce qui concerne la connexion Internet qui devrait permettre d’assurer la formation par visioconférence, les animateurs de la conférence de presse ont été rassurants. Ils ont expliqué que les dispositions sont prises pour améliorer le débit de la connexion Internet à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM).

Le chargé de projet de l’Ecole nationale d’administration publique (ENAP) de Québec, Mathieu Carrier a assisté à la conférence de presse.

Alexandre TRAORE

Bayiri.com