Elections 2020: Le Mouvement Agir ensemble déjà implanté dans ¾ des provinces (Président)

216

Le Mouvement Agir Ensemble pour le Burkina Faso a organisé sa toute première conférence de presse de l’année 2020, le mardi 21 janvier à son siège sis à Ouagadougou. Une occasion pour le parti d’annoncer l’objectif du parti pour cette année : « la victoire aux élections de 2020 ».
« L’objectif principal à atteindre cette année : la victoire aux élections de 2020 », a, d’entrée de jeu indiqué Boubakar Diallo, le président du parti. Par ailleurs, « ¾ des provinces sont couvertes par nos sections, tandis que les sous-sections sont en cours de création », s’est-il félicité tout en précisant que des actions sont menées pour la mise en place des structures du parti sur toute l’étendue du territoire. Ainsi, le parti a réitéré sa disponibilité à tout mettre en œuvre pour porter son candidat, Kadré Désiré Ouédraogo au pouvoir en 2020 afin de « mettre fin au processus de dégénérescence de notre pays qui traverse depuis un certain temps les crises les plus graves de son histoire », a dit le conférencier.

« En phase avec les positions de l’opposition » sur l’organisation des élections de 2020

Les élections étant un passage obligatoire pour arriver au Palais de Kossyam, le Mouvement Agir ensemble dit être « en phase avec la position de l’opposition » en ce qui concerne leurs organisations. En effet, M. Diallo et ses compagnons invitent le gouvernement à tout mettre en œuvre pour « la tenue des élections en bonne date ; leur équité ; leur transparence et le vote des Burkinabè de l’étranger ». Afin de préserver le climat social déjà délétère, le parti a mis en garde le pouvoir en place sur « toute tentative de vouloir échapper au vote-sanction du peuple qui critique chaque jour sans ménagement et rejette avec fracas ses actions, entendant de lui faire payer son échec cuisant et ses fausses promesses ».

Le Mouvement Agir pour la prise en charge sanitaire de Djibril Bassolé

Invité à se prononcer sur la santé de Djibril Bassolé, le président du Mouvement Agir ensemble a témoigné sa solidarité à l’endroit de Djibril Bassolé. « En tant qu’humain, nous ne pouvons pas nous désolidariser de toute suggestion qui viserait à faire en sorte qu’un Burkinabè, quelque soit son rang, puisse recouvrer la santé », a-t-il déclaré avant de conclure que « tout Burkinabè a droit à la protection de l’Etat ».

Franck Michaël KOLA
Minute.bf

Source : Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici