Education : Le projet-pilote de lutte contre la déperdition scolaire au Burkina s’achève sur de bonnes notes

159

Education : Le projet-pilote de lutte contre la déperdition scolaire au Burkina s’achève sur de bonnes notes

Le 10 juillet 2018 a eu lieu à la Direction générale de la coopération, la clôture du projet-pilote de lutte contre la déperdition scolaire au Burkina Faso, grâce à l’évolution des pratiques pédagogiques vers une approche participative et ludique. Mis en œuvre le 1er août 2015 par l’ONG de solidarité internationale Asmae et son partenaire Initiative communautaire « Changez la vie Nazemsé » (ICCV), ce projet est financé par l’Agence française de développement et a pour objectif essentiel, la contribution à la création d’un environnement scolaire à l’enfant à travers la lecture.
Pour parvenir à cet environnement éducatif pour l’enfant, Asmae et ICCV ont mis en place deux approches pédagogiques innovantes au service de l’apprentissage de la lecture qui demeure la principale discipline du projet. Il s’agit de l’outil pédagogique « Yam wékré » ou méthode imagée et la méthode pédagogique de classe de lecture, qui est basée sur le concept de lecture-plaisir.

Education : Le projet-pilote de lutte contre la déperdition scolaire au Burkina s’achève sur de bonnes notes
Participants à la cloture

L’imagée, comme son nom l’indique, selon le coordonnateur de l’association ICCV, Simon Nacoulma, est l’ensemble des images qui captivent l’enfant, qui l’amènent à rêver mais aussi à parler et à dire. Plus spécifiquement, cette méthode pédagogique a pour rôle principal d’amener l’enfant à s’exprimer.
Toujours selon le coordonnateur, l’épanouissement et la réussite de l’enfant viennent de la lecture. « Un enfant qui arrive à dire est un enfant qui réussira, et un enfant qui arrive à parler arrive à avancer dans tous les disciplines », a-t-il confié.

La seconde méthode pédagogique est basée sur le concept de lecture-plaisir. À ce niveau, le coordonnateur d’ICCV a fait comprendre qu’il s’agit d’une méthode qui contribue à procurer du plaisir à l’enfant, à travers la lecture. À ce niveau, Simon Nacoulma a laissé entendre que ce plaisir est fourni à travers les livres de contes, les livres d’histoire avec des expressions appropriées pour amener l’enfant à aimer le texte et à y puiser de la passion.

Education : Le projet-pilote de lutte contre la déperdition scolaire au Burkina s’achève sur de bonnes notesEn termes de bilan, le coordonnateur a indiqué qu’il s’agit plutôt d’une satisfaction qui réside dans le plaisir que les enfants ont désormais à lire. « La plus grande satisfaction est de voir ces enfants qui ont le sourire aux lèvres en faisant la lecture, qui n’ont plus peur du maître et qui font du livre leur ami », s’est réjoui Simon Nacoulma.
À cela s’ajoute l’implication des parents et des enseignants dans l’application de la discipline pour l’épanouissement des enfants, de sorte à les aider à promouvoir la lecture. Toujours en termes de bilan, il a également confié que le ministère en charge de l’Éducation est satisfait de la méthode développée par le projet.

Les années à venir, l’ICCV entreprend de faire la promotion des deux outils que sont la lecture de classe et l’imagée auprès des acteurs de l’éducation. L’ONG Asmae internationale, après trois années d’expériences aux cotés de l’ICCV, veut entamer une phase de préparation à la généralisation de la méthode. Selon Natacha Konaté, représentante régionale au Burina Faso de Asmae internationale, il s’agit, dans un premier temps, d’agir dans plusieurs établissements en milieu rural.

Du reste, Asmae internationale souhaite poursuivre ses missions dans le développement de l’enfant tout en renforçant les capacités des acteurs locaux du développement de l’enfant.

Milaine Tiendrebeogo
LeFaso.net

Lefaso.net