Eau et assainissement au Burkina : Acteurs de la société civile et Hommes de média ont échangé sur les performances des programmes du secteur

24

Eau et assainissement au Burkina : Acteurs de la société civile et Hommes de média ont échangé sur les performances des programmes du secteur

L’objectif visé à travers ce cadre d’échanges voulu par le Groupe thématique accès à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement du Secrétariat permanent des organisations non gouvernementales (SPONG) était de permettre aux différents participants de jeter un regard critique sur les performances des programmes du secteur de l’eau et de l’assainissement au Burkina Faso.

Mais aussi, de faire des propositions et recommandations. Pour ce faire, deux communications ont été livrées. L’une, présentée par Ousmane Ouédraogo du ministère de l’Eau et de l’Assainissement, a porté sur la présentation du rapport de performance 2017 du secteur de l’eau et l’assainissement. L’autre, abordant la présentation de l’état de mise en œuvre des engagements du chef de l’Etat dans le cadre du Présimètre en ce qui concerne la thématique « eau ; hygiène et assainissement », a été la responsabilité de Issouf Nana de Diakonia.

Des conclusions du rapport de performance, il ressort que l’année 2017 a enregistré plusieurs activités réalisées. Ce qui a favorisé l’amélioration de certains indicateurs dans le secteur. Cependant, les réalisations n’ont pas contribué à atteindre les résultats fixés à l’entame. D’où des taux de réalisations physiques de 58,12%, en ce qui concerne l’amélioration du cadre de vie, de l’accès à l’eau, à l’assainissement et aux services énergétiques de qualité.

De 75,13%, pour ce qui est du développement des infrastructures de qualité et résilientes pour favoriser la transformation structurelle de l’économie. Et de 77,70%, s’agissant de l’inversion de la tendance de la dégradation de l’environnement et de l’assurance durable de la gestion des ressources naturelles et environnementales. Le taux de réalisation physique global des actions du Cadre sectoriel de dialogue (CSD) est alors estimé à 70,31%.

Eau et assainissement au Burkina : Acteurs de la société civile et Hommes de média ont échangé sur les performances des programmes du secteurQuant aux difficultés relevées lors de la réalisation des différentes activités, l’on note le déblocage tardif des fonds, la défaillance technique et financière de certaines entreprises, le non-respect des délais de transmissions des avis de non objections. Du reste, sur les 6 recommandations de la revue à mi-parcours, 5 sont en cours de réalisation. Il est de fait préconisé pour atteindre les cibles du PNDES, de poursuivre et d’accélérer la réalisation des activités sur les années restantes.

De l’avis de Célestin Pouya, analyste des politiques à WaterAid, il y a un grand fossé entre ce que le gouvernement a entrepris et ce que la population ressent. Il en veut alors pour preuve l’engagement « corvées zéro », dont la vision de l’accès à l’eau potable est fixée à 100%, pendant que les chiffres, eux, affichent aujourd’hui un taux de 76, 4%. Ce taux, selon lui, comparé à celui de l’année passée, n’a évolué que d’un point. Et de supposer sur la base de cette progression pour chaque année jusqu’en 2020, puis de conclure qu’il sera difficile d’atteindre les 100% escomptés.

Du côté de l’assainissement, il estime que le compte est bien loin de ce que le gouvernement avait proposé. « Nous sommes aujourd’hui à 21, 6% » affirme-t-il, avant de rappeler l’engagement présidentiel en milieu urbain (80%) et en milieu rural (50%). De même retient-on du sondage Présimètre, qui a été présenté au cours de la rencontre, que 63, 4% des citoyens ne sont pas satisfaits des services d’accès à l’eau potable et à l’assainissement.

Au sortir de la rencontre, il a été convenu d’élaborer un document final, qui comportera des recommandations ainsi que des interpellations. Ledit document sera donc acheminé à travers différents médias afin que soit informée l’opinion publique, et adressé à qui de droit.

Tambi Serge Pacôme Zongo
Lefaso.net

Lefaso.net