E-Commerce Ouaga veut tropicaliser le commerce électronique

16

La première édition du Salon e-Commerce Ouaga se tient du 30 novembre au 2 décembre 2017. Placée sous le thème général « Etats des lieux du e-commerce et sécurisation des échanges électroniques au Burkina Faso », son lancement officiel a eu lieu ce 30 novembre 2017.

Le Salon e-Commerce Ouaga est co-organisé par Digital Challenge Services et le Forum pour la gouvernance de l’internet (IGF) en partenariat avec plusieurs autres structures. La bloggeuse Ivoirienne, Edith Brou, experte en e-commerce, est l’invitée d’honneur de cette première édition.

Selon le Directeur du Salon, Anselme Mano, e-Commerce Ouaga se veut un évènement panafricain. « Le commerce traditionnel va bientôt mourir de sa belle mort. On ne parlera plus que de e-business, e-marketing, e-commerce, etc. », a-t-il fait comprendre.

Par ailleurs, il a soutenu qu’il faudrait tropicaliser le commerce électronique et faire une jonction entre le e-commerce et le secteur informel. Ce sont quelques objectifs que vise le salon e-commerce Ouaga. Le Président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), Tontama Charles Millogo, est le parrain de cette édition.

« Cette première édition est un test dont la réussite aura un impact positif sur les prochaines éditions du salon. L’ARCEP a foi en ces types d’initiatives pour porter le e-commerce. C’est du reste cela qui fonde l’accompagnement de l’autorité de régulation », a déclaré Tontama Charles Millogo. Mais pour garantir le succès du e-commerce au Burkina en particulier, reconnaît-il, le défi actuel est d’améliorer la disponibilité et la qualité des services de communications électroniques et des postes.

« L’ARCEP s’y engage avec l’ensemble des acteurs tant du public que du privé. Les transactions électroniques sont aujourd’hui incontournables au Burkina », a-t-il indiqué. Plusieurs communications seront animées par divers experts et acteurs du domaine au cours du salon. Le parrain de l’édition s’est réjoui des sous-thèmes retenus dans le programme des communications prévues jusqu’au 2 décembre 2017.

Pour rappel, Digital Challenge Services opère dans les domaines du commerce électronique, les consultations en TIC et les télécommunications. Pour sa part, le Forum pour la gouvernance de l’internet (IGF) est une organisation mondiale multipartite regroupant le secteur public, le secteur privé, la société civile et des organisations internationales avec section Afrique de l’Ouest et une sous-section Burkina dénommée IGF-Burkina.

Noufou KINDO

Burkina 24

Faire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Burkina24.com