Droit à l’eau et à l’assainissement : le MBDHP veut élaborer un guide

165

Droit à l’eau et à l’assainissement : le MBDHP veut élaborer un guide

Quiconque connaît un peu l’histoire du MBDHP sait qu’elle est liée à celle d’un homme, Me Halidou Ouédraogo. Pourtant, les actions de luttes engagées par le mouvement allaient bien au-delà de la personne de l’avocat. Le MBDHP a été créé le 19 février 1989 dans un contexte particulièrement difficile au Burkina Faso où les droits de l’Homme étaient véritablement bafoués et la vie de l’Homme banalisée sous le Conseil national de la révolution et notamment sous le Front populaire. La maxime « Si tu fais, on te fais et il n’y a rien » était à la mode. Licenciements, arrestations, assassinats, ont éprouvé le MBDHP qui, en dépit des moyens limités dont elle dispose, a su s’imposer dans le temps en tant qu’organisation respectable au Burkina Faso.

Droit à l’eau et à l’assainissement : le MBDHP veut élaborer un guideEn témoignent les grandes victoires à mettre à son actif, selon le secrétaire à l’organisation, Lamine Ouattara. Il s’agit essentiellement de l’abolition de la peine de mort suite à l’adoption d’un nouveau code pénal le 31 mai dernier, l’adoption de la loi contre la torture, la réouverture du dossier Norbert Zongo, les candidatures indépendantes aux élections présidentielles, l’annulation de la taxe de développement communal et la baisse du prix du carburant, les luttes menées avec d’autres organisations au sein de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère (CCVC), etc.

Tous ces acquis font du MBDHP un partenaire de poids, crédible pour influencer les politiques pour la promotion des droits humains à l’eau et à l’assainissement. Au sein de la mission Fas’eau, chaque membre doit soumettre un projet qui puisse être mis en œuvre dans les communes de Dédougou et/ou de Nouna. Pour Lamine Ouattara, les objectifs poursuivis par la mission entrent en droite ligne des objectifs du MBDHP qui sont de « promouvoir, protéger et défendre les droits humains ».

Droit à l’eau et à l’assainissement : le MBDHP veut élaborer un guideLe projet du MBDHP se décline en deux axes. Le mouvement compte élaborer un document sur l’état des lieux du respect des droits de l’homme à l’eau et l’assainissement dans les communes de Nouna et de Dédougou. À la suite de ce document, un guide sera élaboré à l’usage des citoyens pour les informer et les former à la prise en compte des droits humains à l’eau et à l’assainissement au Burkina. « Pour le moment, le guide sera traduit en français.
Ce n’est pas exclu qu’à l’avenir, nous puissions étudier la possibilité de le traduire dans nos langues nationales », a indiqué le chargé à l’organisation du MBDHP. Et de souligner, le démarrage du projet dépendra des moyens nécessaires qui seront mis à la disposition du mouvement.

À propos de ressources financières, Lamine Ouattara reste convaincu que l’idéal serait d’aller au-delà de l’étude, en implantant des centres qui pourraient continuer à sensibiliser les populations et à les former aux droits.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Lefaso.net